Les Etats-Unis vont nommer un ambassadeur au Soudan pour la première fois depuis vingt-trois ans

Le Soudan est classé "Etat soutenant le terrorisme" depuis le début des années 90 quand Omar el-Béchir a accueilli Oussama Ben Laden.

Le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok à Khartoum, le 24 août 2019.
Le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok à Khartoum, le 24 août 2019. (MOHAMED NURELDIN ABDALLAH / REUTERS)

Une visite historique et une annonce symbolique. Les Etats-Unis vont nommer un ambassadeur au Soudan pour la première fois depuis vingt-trois ans, a annoncé mercredi 4 décembre le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. "Cette décision est un pas en avant important dans le renforcement des relations bilatérales américano-soudanaises, particulièrement au moment où un gouvernement de transition dirigé par un civil met en œuvre de vastes réformes", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre de ce gouvernement, Abdallah Hamdok, a été reçu mercredi au département d'Etat à Washington par l'un des adjoints de Mike Pompeo. Il s'agit d'une visite officielle historique pour un chef d'Etat ou de gouvernement soudanais à Washington, la première depuis 1985. Les relations ont ensuite été au plus bas pendant les trente années de régime du président soudanais Omar el-Béchir, renversé au printemps sous la pression de la rue.

Le Soudan est classé "Etat soutenant le terrorisme" depuis le début des années 90 quand Omar el-Béchir a accueilli Oussama Ben Laden. En 1998, après les attentats meurtriers d'Al-Qaïda contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, Washington avait même mené des frappes aériennes au Soudan. Aujourd'hui, Khartoum demande à être retiré de cette liste noire, qui entrave les investissements et complique la relance économique du pays. Le gouvernement américain a récemment dit être prêt à envisager de tourner cette page, tout en soulignant que le processus prendrait un certain temps.