Cet article date de plus de sept ans.

Guerre larvée entre Khartoum et Tel Aviv

L’aviation israélienne a procédé une nouvelle fois à des frappes express aux abords de la capitale du Soudan. Selon des medias arabes citant des sources militaires de ce pays, les avions israéliens auraient ciblé et détruit des entrepôts d’armes iraniennes. L’armée soudanaise a démenti, affirmant en revanche avoir détruit un objet volant, «drone ou missile?», au-dessus de la banlieue de Khartoum.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Images satellite du complexe militaire soudanais de Yarmouk le 12 octobre (à gauche) et le 26 octobre 2012 deux jours après un raid israélien. (Digitalglobe / AFP)
Des sources militaires soudanaises, rapportées par le média saoudien Al Arabiya et relayées par le média israélien I 24, ont révélé que des avions israéliens avaient effectué, mercredi 6 mai 2015, un raid contre des dépôts d’armes iraniennes dans les faubourgs de Khartoum.
 
De fortes explosions ont été entendues avant l’aube. Des témoins, cités sur le compte Twitter Sudan Tribune, ont indiqué «avoir vu des flammes dans le ciel» et que leur maison, «située à proximité du lieu de l’impact, avait tremblé après les déflagrations».

 
Un drone abattu par la défense soudanaise
Un peu plus tard, le porte-parole de l’armée de Omar Al Bachir a démenti l’information, affirmant en revanche que «le système de défense antiaérien soudanais a repéré et intercepté un objet volant qui pourrait être un drone ou un missile longue portée».
 
De son côté, Israël n’a ni confirmé ni démenti le raid mais un responsable sécuritaire s’est contenté d’indiquer «n’être pas au courant qu’un drone israélien ait été abattu» au- dessus d’Oumdourman, la banlieue résidentielle de Khartoum.
 
Ce n’est pas la première fois que de tels épisodes d’une longue guerre invisible se produisent. Depuis l’opération israélienne «Plomb durci» contre la bande de Gaza, en janvier 2009, l’aviation de l’Etat Hébreu et le Mossad ont multiplié les opérations contre le Soudan.
 
Plaque-tournante de l’armement iranien
Ce pays est en effet considéré par Israël comme une plaque tournante des livraisons d’armes notamment iraniennes, à destination du Hamas. Une filière d’approvisionnement via des tribus bédouines du Sinaï jusqu’à l’entrée des tunnels de Gaza. En juillet 2014, un entrepôt d’armes avait ainsi été détruit sur une base militaire au nord de Khartoum. Auparavant, en octobre 2012, plusieurs chasseurs bombardiers F15 avait attaqué le complexe militaire de Yarmouk, au sud de la capitale, pulvérisant des containers chargés de missiles iraniens Shahab.
 
En réaction à cette opération, le président soudanais avait déclaré «les intérêts israéliens, cibles légitimes». Le lendemain, comme en écho à ces propos, une salve de roquettes tirées depuis la bande de Gaza s’était abattue dans le Neguev, au sud-ouest de la centrale nucléaire de Dimona. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Soudan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.