Somalie : la faim menace un habitant sur quatre en raison de la sécheresse, selon l'ONU

Les Nations unies s'attendent à ce que la crise s'aggrave et que 4,6 millions de personnes aient besoin d'aide alimentaire d'ici mai 2022.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une mère et son enfant espèrent recevoir de la nourriture au camp Kabasa, en Somalie, le 8 mars 2018. (GIOIA FORSTER / DPA / AFP)

L'ONU tire la sonnette d'alarme. Environ une personne sur quatre risque de souffrir gravement de la faim en Somalie, en raison de la sécheresse qui touche ce pays, après trois saisons de faibles précipitations et une quatrième en vue, avertissent les Nations unies lundi 20 décembre. L'organisation s'attend à ce que 4,6 millions de personnes aient besoin d'aide alimentaire d'ici mai 2022.

Les pénuries de nourriture, d'eau et de pâturage ont déjà contraint 169 000 personnes à quitter leur domicile, un nombre qui pourrait atteindre 1,4 million d'ici six mois, note l'ONU dans son communiqué. "C'est une catastrophe inouïe qui se prépare", explique Adam Abdelmoula, coordinateur humanitaire de l'ONU pour la Somalie. Selon lui, 300 000 enfants de moins de cinq ans seront exposés à une malnutrition grave dans les mois à venir : "Ils mourront si nous ne les aidons pas dans un délai rapide."

En novembre, le gouvernement somalien a décrété la sécheresse urgence humanitaire. Ces dernières années, ce sont les catastrophes naturelles, et non le conflit, qui ont été la principale cause de déplacements en Somalie, pays classé parmi les plus vulnérables au changement climatique. Les experts estiment que la fréquence et l'intensité des phénomènes extrêmes augmentent, l'attribuant au changement climatique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Somalie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.