RDC : Kinshasa sous la menace des variants indien et sud-africain

Le ministre congolais de la Santé a officiellement annoncé "la survenue de la 3e vague de la pandémie de Covid-19 dans notre pays, avec Kinshasa comme épicentre".

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un élève fait mesurer sa température avant d'entrer à l'école, lors de la reprise des cours après le confinement du Covid-19 à Kinshasa, le 10 août 2020. (ARSENE MPIANA / AFP)

Les cas de Covid-19 ont fortement augmenté fin mai 2021 dans la capitale de la République démocratique du Congo (RDC), a mis en garde le bureau local de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Selon les chiffres officiels, 243 nouveaux cas ont été ainsi identifiés le 3 juin 2021, dont 161 à Kinshasa, où les contaminations tournaient au maximum autour de quelques petites dizaines ces dernières semaines. Des chiffres nécessairement sous-évalués. "On ne saura jamais le nombre de contaminés ou de décédés du 'corona', la plupart ne sont pas testés, trop compliqué ou trop coûteux", affirme un journaliste congolais cité par le journal Le Monde.

Situation préoccupante

La "situation est très préoccupante", a souligné le ministre de la Santé M. Mbungani dans un discours à l'adresse des médias congolais. "On note une augmentation considérable des cas et des décès au cours des quatre dernières semaines", a observé le ministre.

"La troisième vague de Covid-19 est déjà là. Il s'agit des variants indien (Delta) et sud-africain" (Beta)

Responsable du ministère de la Santé sous couvert d'anonymat

à l'AFP

"Cette vague risque d'être plus meurtrière que les précédentes parce qu'il y a eu relâchement dans le respect des gestes barrières. La population est invitée instamment à se faire vacciner pour qu'enfin on limite cette propagation de Covid dans le pays", a souligné cette source.
La vaccination a commencé début avril dans les provinces sensiblement infectées, notamment Kinshasa, Kongo Central, Sud-Kivu, Nord-Kivu et Haut-Katanga, mais à un rythme encore très lent.

"Nous sommes dans la troisième (vague) en ce moment", a estimé un membre du Comité de lutte contre le Covid-19, le Pr Jean-Marie Kayembe, cité mercredi 2 juin par la radio onusienne Okapi. Il a fait ce constat sur la base du "nombre de cas de nouvelles infections qui augmentent, mais également la saturation des centres de prise en charge des malades", y voyant la conséquence d'un relâchement dans le respect des mesures barrières.

Relâchement des mesures barrières

La majorité des habitants de la capitale restent cependant sceptiques sur la présence, voire l'existence, du coronavirus dans cette mégapole tentaculaire, pour l'instant relativement épargnée. Le port du masque y est quasi absent.

Au 2 juin, les chiffres cumulés font état de 32 176 cas confirmés pour 789 décès. Avec plus de 22 348 cas, Kinshasa est le principal foyer de l'épidémie apparue en mars 2020 dans le pays, avec comme épicentre la commune de La Gombe, le riche centre-ville où sont concentrées les institutions, le monde des affaires, et où vivent Congolais aisés et étrangers. Plusieurs proches collaborateurs du président Félix Tshisekedi sont décédés de la maladie, ainsi qu'une trentaine de parlementaires. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.