Cet article date de plus de trois ans.

RD Congo: le virus Ebola frappe en zone de conflit

Tous les observateurs s’accordent pour dire que le réveil du virus Ebola en RDC est particulièrement inquiétant. Car cette fois, le virus apparaît dans l’est du pays, près de la ville de Beni dans le nord Kivu. Or la région est au cœur d’un conflit qui oppose l’armée régulière à des rebelles. Pas plus tard que le 24 août 2018, des combats ont eu lieu au nord de la ville.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La photo a été prise à Mangina, dans la région de Beni, le 22 août 2018. (John Wessels/ AFP )

L’armée congolaise les nomme «inciviques». Selon le Groupe d’étude sur le Congo (GEC), leurs attaques ont fait 500 morts dans la région. Ces groupes armés, quels qu’ils soient, sévissent depuis octobre 2014 dans la région de Beni. On ne connait pas trop bien leur origine. Le gouvernement congolais a déclaré publiquement que les exactions survenues dans la région étaient l’œuvre de rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF). Mais selon le GEC, les ADF ne sont pas les seuls en cause. Même l’armée régulière s’en prend aux civils.
 
Et c’est dans ce contexte qu’est apparu le virus Ebola dans la région de Beni. Jusqu’à présent, il y avait eu qu’un cas confirmé et un cas présumé. Au 31 juillet, il y avait 25 cas de fièvre notifiés sans confirmer qu’il s’agissait bien d’Ebola.
Mais depuis, les choses se sont accélérées. Médecins sans frontières (MSF), dans un dernier bilan, annonce désormais 63 décès et 103 personnes touchées. «Actuellement, nous avons 26 patients hospitalisés dans le centre que nous avons mis en place», précise Gwenola Seroux pour MSF.
 
La peur
Or la maladie fait peur. Aux familles, mais aussi au personnel soignant. Les patients préfèrent rester chez eux, ce qui ne favorise pas la lutte contre sa propagation. Jusqu’à présent, la région du nord Kivu n’avait pas eu affaire avec Ebola. Une certaine ignorance qui ne facilite pas les bons réflexes.
Des vaccinations ont commencé au début du mois d’août. Mais il faut rappeler que ce vaccin est en cours d’évaluation, et n’est pas forcément le remède miracle attendu. Il est pour l’heure réservé aux populations à haut risque, c’est-à-dire en contact avec des malades. Selon Actualité CD, trois sites assurent désormais les vaccinations, à Mabalako, Beni et Mangina. Depuis le 8 août, un peu plus de 2000 personnes ont été vaccinées.

Le 15 août 2018, un patient est soigné dans l'unité de traitement de Beni. (John Wessels/ AFP )
 
Mais ce qui inquiète le plus les observateurs est la présence de groupes armés dans une région très instable. Les populations ont déjà fui la zone par milliers. Elles n’hésitent pas à bouger pour se protéger des combats. Cela peut entraîner par voie de conséquences une vaste dissémination du virus qui pourrait atteindre les pays voisins.
 
Des populations coincées
Dans la bourgade de Mangina, pas très loin de Beni, un journaliste de l’AFP a rencontré une population désemparée. «Je ne sais pas où aller car les ADF menacent du côté de Oicha-Eringeti, où il y a d'autres membres de ma famille. Nous sommes entre le marteau et l'enclume, les ADF d'un côté et Ebola de l'autre», soupire Pascal Lukula, 38 ans, cultivateur, père de cinq enfants.
 
Certains malades sont isolés, et en raison de la situation sécuritaire, les équipes soignantes ne peuvent pas les rejoindre. Selon le ministère de la Santé congolais, il y aurait une vingtaine de personnes dans ce cas, mais elles ne seraient pas livrées à elle-même. «Pour les contacts restés en zone rouge, les infirmiers titulaires du centre de santé sur place travaillent avec les relais communautaires pour assurer leur suivi et transmettent les données chaque jour à la coordination par téléphone », dit le ministère de la Santé qui ne précise par l’endroit exact.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.