L'université de Cambridge rend au Nigeria "l’Okukor", une statue en bronze volée en 1897 par un soldat britannique

Le British muséum qui possède la plus grande collection de bronzes du Bénin au monde, refuse pour le moment toute restitution.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Ce coq finement sculpté, connu sous le nom de "Okukor", a été remis à une délégation nigériane lors d'une cérémonie à Université de Cambridge.Ce bronze du Bénin avait été volé en 1897. Cambridge le 27 octobre 2021. (CHRIS LOADES / UNIVERSITY OF CAMBRIDGE)

L’université de Cambridge a remis officiellement le 27 octobre 2021, une sculpture en bronze, connue sous le nom "d’Okukor", volée à la fin du 19e siècle durant la colonisation britannique.

Ce coq en bronze, offert en 1905 par un soldat britannique, père d'un étudiant à Cambridge, fait partie de centaines de sculptures, gravures et bronzes pillés en 1897 dans l’ancien royaume du Bénin, qui correspond aujourd'hui au sud-ouest du Nigeria. 

Une première en Grande-Bretagne

C'est la première institution britannique à restituer un objet volé durant la colonisation"Nous sommes ravis qu'il soit désormais entre les mains de son propriétaire légitime", a déclaré la directrice du Jesus College de l'Université de Cambridge, Sonita Alleyne, en présence d’une délégation nigériane, saluant une "occasion vraiment historique".

Cette restitution est l’aboutissement d’une procédure déclenchée par une manifestation étudiante en 2016. Le Jesus College a retiré en 2016 le coq, qui décorait autrefois le réfectoire, après une campagne menée par une partie de ses étudiants contre les symboles rappelant le passé colonial britannique.
Un questionnement encore renforcé dans le sillage du mouvement Black Lives Matter : après la mort de George Floyd, tué par un policier blanc en mai 2020. Contestations, questionnement et introspection ont essaimé au Royaume-Uni autour de son passé colonial et de sa représentation dans l'espace public.

"Je suis vraiment fière que nous soyons la première institution à aller jusqu'au bout de cet impératif moral de rendre un bronze du Bénin"

Sonita Alleyne, Directrice du Jesus College de l'Université de Cambridge

AFP

Cour royale du Bénin

A la fin de la cérémonie, la délégation nigériane – composée entre autres d'Aghatise Erediauwa, frère de l'Oba (roi) du Bénin – a brandi le bronze sous les acclamations et applaudissements.
"Je vous remercie pour cette merveilleuse initiative. Le peuple nigérian vous en est reconnaissant", a déclaré l'ambassadeur au Royaume-Uni, Sarafa Tunji Isola, transmettant les remerciements du président nigérian Muhammadu Buhari.
"Heureux de voir que cet objet ancien, qui a été éloigné du Nigeria pendant des décennies, est en excellente forme", le professeur Abba Issa Tijani, directeur de la Commission nationale nigériane pour les musées et monuments, a estimé que l'acte du Jesus college constituait "un grand exemple pour d'autres institutions et d'autres pays".

Ce bronze du Bénin a été remis à une délégation nigériane par l'université d'Aberdeen en Ecosse, le 28 octobre 2021. Photo prise le 17 mars 2021. (KALYAN VEERA / UNIVERSITY OF ABERDEEN)

Le British Museum résiste

Le professeur Abba Issa Tijani, s’est rendu le 28 octobre 2021 en Écosse pour recevoir un autre bronze béninois. L'université d'Aberdeen, en Écosse, a déclaré que son musée rendrait une tête en bronze du Bénin "sans condition". Il s’agit d’une sculpture en bronze de roi (oba) du Bénin, pillée parmi d'autres par les forces britanniques en 1897 lors de la destruction de Benin City (actuel Nigéria).

Les Etats-Unis, le Canada, l’Allemagne ou encore la France ont également annoncé leur intention de rendre plusieurs objets pillés. Ainsi, la France a acté le 27 octobre 2021 la restitution au Bénin de 26 œuvres des trésors royaux d'Abomey, conservées jusqu'ici au musée du Quai Branly à Paris.
Le Nigeria par la voix de son ambassadeur à Londres a exhorté le British Museum, qui possède quelques 950 bronzes du Bénin, la plus grande collection au monde, à adopter la même voie, ce que l'institution britannique se refuse à faire pour le moment.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.