Enjeux du programme Erasmus, notamment dans les écoles d'ingénieur au Cameroun

Les programme Erasmus+ finance aussi «des projets de développement de l’enseignement supérieur sur d’autres continents», précise le chercheur Timothée Toury dans The Conversation. Il prend exemple sur le Cameroun, où il est question d'«aider les écoles d’ingénieurs à transformer leurs cursus et en monter de nouveau, en phase avec le marché de l’emploi local».

A travers le projet « MOSE-FIC », Erasmus+ soutient le développement de nouvelles formations d\'ingénieurs au Cameroun. 
A travers le projet « MOSE-FIC », Erasmus+ soutient le développement de nouvelles formations d'ingénieurs au Cameroun.  (Shutterstock)

 

Erasmus est bien connu des jeunes Européens. Depuis la création de ce programme d’échanges universitaires en 1987, ils sont plus de 4 millions à avoir profité de cette opportunité pour partir étudier quelques mois dans un autre pays de l’Union européenne (UE). Le film de Cédric Klapisch, L’Auberge espagnole, a définitivement ancré cette expérience dans l’imaginaire collectif. Devenu Erasmus+ en 2014, le programme recouvre cependant d’autres réalités, comme la mobilité d’enseignants-chercheurs. Il finance aussi d’autres actions, par exemple des projets de développement de l’enseignement supérieur sur d’autres continents.

C’est dans ce cadre que l’Université de technologie de Troyes (UTT), en partenariat avec l’Université de Mons (Belgique) et l’Université technologique de Sofia (Bulgarie), pilote le projet « MOSE-FIC », dédié aux formations d’ingénieurs à Yaoundé et Douala. Bientôt une auberge camerounaise ? Pas tout à fait. L’objectif n’est pas directement de faire circuler les étudiants entre les pays partenaires, mais d’aider les écoles d’ingénieurs du Cameroun à transformer leurs cursus et en monter de nouveau, en phase avec le marché de l’emploi local.

Un accompagnement pédagogique
Trop souvent, les formations d’ingénieurs en Afrique se calquent sur les programmes européens, alors que les contextes socio-économiques et culturels sont très différents. On a même pu trouver des copies de travaux pratiques de chauffage des bâtiments… en pleine zone équatoriale ! Or, paradoxalement, l’économie du continent manque de cadres capables de soutenir son essor et les grandes entreprises qui s’installent en Afrique peinent souvent aussi à trouver le personnel adéquat, pendant que de nombreux diplômés sont contraints de partir chercher un emploi en Occident.

Au cours d’échanges réguliers avec nos partenaires au Cameroun – au premier rang desquels on trouve l’Institut Saint-Jean – nous avons acquis la conviction que l’on peut former des ingénieurs africains répondant aux standards internationaux sans calquer le modèle européen. La trame de ces cursus est à inventer. Comment leurs diplômés doivent-ils se positionner dans le tissu socio-économique ? Quelles compétences doivent-ils maîtriser ? Seuls les Africains peuvent répondre à ces questions. C’est pourquoi le projet « MOSE-FIC » mise sur un travail global de maïeutique, pour épauler nos interlocuteurs dans l’identification des problématiques qui se posent à eux et la recherche de solutions concrètes.

Officiellement lancé le 15 octobre 2017, le partenariat va s’échelonner sur trois ans, il accompagne maintenant l’Institut Saint-Jean, l’école nationale supérieure polytechnique de Yaoundé, l’UCAC-ICAM (Douala et Pointe-Noire) et la faculté d’ingénierie de l’Université de Buéa. Première étape, indispensable : une analyse de l’environnement dans lequel s’inscrivent les formations et des moyens à leur disposition. Cette étude, en cours, permettra de définir le profil type des diplômés et le positionnement des établissements africains. Les mois suivants, il s’agira de traduire ces objectifs en pédagogie, et de réaménager les cursus en conséquence. Les moyens nécessaires seront en grande partie financés par Erasmus+.

S’ensuivra un travail de fond sur les processus de qualité internes. Tout l’enjeu consiste à glisser vers des méthodes d’amélioration continue, pour ne pas tomber dans le piège d’objectifs statiques, donc vite obsolètes, trop souvent constaté dans ces formations africaines. Enfin, une analyse rétrospective du projet lui-même permettra aux établissements africains de s’approprier la méthode pour conseiller à leur tour des écoles envisageant de se réorganiser.

Des enjeux diplomatiques
Ce travail de fond ne va pas sans heurts : à la fin des sessions d’accompagnement, nous essuyons souvent le reproche de ne pas avoir donné de contenus de cours directement exploitables, mais de laisser nos amis africains repartir avec bien plus d’interrogations que de réponses. Les premières prises de conscience sur le chemin à parcourir et les bouleversements probables ont aussi soulevé autant d’enthousiasme que d’inquiétudes.

Autre objection qui peut surgir : pourquoi un programme européen d’enseignement supérieur financerait-il le développement de formations africaines ? En favorisant ces dynamiques locales, l’UE ne se prive-t-elle pas d’un vivier de talents qui pourraient venir briller dans ses Universités et alimenter son économie, elle aussi, très avide d’ingénieurs ?

On ne peut nier que soutenir les pays africains pour qu’ils trouvent leur place dans la chaîne de la valeur qui se joue à l’échelle mondiale, c’est éviter de futures crises et, plus égoïstement, leurs conséquences que nous avons tant de mal à gérer. L’enseignement supérieur est un terrain de choix pour la diplomatie d’influence, cette diplomatie « douce » du moyen et long terme qui permet de rayonner et ambitionne de prévenir d’éventuelles perturbations plutôt que devoir les résoudre. Ce faisant, il permet aussi à l’UE de conforter son identité en tant qu’organisation supranationale de poids dans un monde multipolaire, en participant très activement à l’aide au développement.

La raison principale est plus directe et plus profonde. Loin de l’ambiance frivole de L’Auberge espagnole, Erasmus+ peut être un puissant outil d’influence politique et économique en Afrique alors que les Etats-Unis et la Chine y défendent de plus en plus leurs intérêts économiques. Et, cyniquement, il va de soi que les étudiants diplômés seront nécessairement plus proches de la zone géographique qui a influencé leur système d’enseignement supérieur. L’Afrique a déjà largement opté pour le cadre européen LMD (licence-master-doctorat) issu du processus de Bologne et, plus généralement, l’histoire lui a légué une proximité culturelle avec l’Europe.

Un changement d’image
Actuellement, peu d’étudiants européens sollicitent un semestre d’échange vers l’un de ses pays, alors qu’ils demandent fortement l’Amérique du Nord ou l’Asie. Inversement, les Africains sont si nombreux à souhaiter venir étudier en Europe que les services consulaires peinent à gérer les demandes, qui se soldent majoritairement par des refus. En cultivant leur originalité tout en se hissant aux standards internationaux, les établissements africains peuvent faire évoluer les représentations et remédier à ce déséquilibre.

Leur continent ne doit pas attirer que des humanitaires en herbe ou des jeunes à la sensibilité altermondialiste : il doit aussi se présenter aux étudiants européens comme un espace d’opportunités et de business. Cette symétrie dans les échanges universitaires serait un atout fort pour le développement des relations économiques euro-africaines qui restent largement en deçà de leur potentiel.

The ConversationLes échanges Erasmus+ ont été très efficaces pour éveiller un sentiment d’appartenance à l’Europe chez les jeunes générations et contribuer à une pacification durable des relations entre les pays de ce continent. Cette idée ne pourrait-elle pas valoir par-delà la Méditerranée ?

Timothée Toury, Enseignant-chercheur, responsable du projet européen MOSE-FIC, Université de Technologie de Troyes
La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.