Cet article date de plus de huit ans.

Sénégal : violences entre policiers et opposants à Dakar

Des échauffourées ont éclaté dans la soirée de mardi entre membres de l'opposition rassemblés autour de Youssou Ndour et les forces de l'ordre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le chanteur et figure de l'opposition Youssou Ndour lors d'une manifestation réclamant le départ d'Abdoulaye Wade dans le centre de Dakar (Sénégal) le 21 février 2012. (ISSOUF SANOGO / AFP)

Dakar, une nouvelle fois théâtre de violences. Des échauffourées ont éclaté dans la soirée du mardi 21 février dans le centre-ville de la capitale sénégalaise lorsque des pierres ont été jetées sur des policiers depuis une foule d'opposants rassemblés autour du chanteur Youssou Ndour, que la police a dispersés à coups de gaz lacrymogènes.

Les incidents ont éclaté lorsque, juché sur le toit d'une voiture, Youssou Ndour, farouche opposant au président Wade, s'est approché très près d'un cordon de policiers anti-émeutes qui l'empêchaient d'accéder à la Place de l'Indépendance où était prévu un rassemblement interdit d'opposants. Des pierres sont alors parties depuis la foule qui entourait le véhicule du chanteur en direction de la police, qui a riposté par des tirs de gaz lacrymogènes.

Lors de la dispersion de la foule, le célèbre chanteur a été blessé à une jambe. "Il a été examiné par un médecin, mais il ne souhaite pas en faire une affaire d'Etat et nous ne commenterons pas plus cette information", a déclaré à l'AFPCharles Faye, conseiller en communication de son mouvement mouvement citoyen "Fekké ma ci boolé" (Concernés). 

Manifestation tous les jours jusqu'à vendredi

"Depuis quelques jours, la population sénégalaise, dans tous ses compartiments (...) lui (Abdoulaye Wade) a montré qu'elle ne veut plus de ce troisième mandat. Il n'a qu'à reconsidérer sa position", a déclaré à l'AFP Youssou Ndour, regrettant le fait que des candidats à la présidentielle "ne peuvent pas sillonner les rues de Dakar" alors que la loi électorale les y autorise.

Youssou Ndour, Idrissa Seck, Ibrahima Fall et Cheikh Bamba Dièye (qui devaient se rassembler mardi soir) tous membres de la coalition de partis d'opposition et d'organisations de la société civile réclamant le retrait de la course de Abdoulaye Wade, élu en 2000 et réélu en 2007. Le M23 avait une nouvelle fois appelé à une manifestation Place de l'Indépendance ce qu'il entend faire tous les jours jusqu'à vendredi.

De précédents appels de cette coalition à se rassembler sur ce site ont entraîné des violences entre manifestants, en grande partie des jeunes qui tentaient de s'y rendre, et les forces de l'ordre. Les violences ont fait au total six morts depuis la validation de la candidature Wade, le 27 janvier, selon des sources concordantes. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.