RDC : l'annonce des résultats de la présidentielle reportée

Ils seront finalement annoncés jeudi. La tension est extrême dans le pays.

Des policiers anti-émeutes dans les rues de Goma (République démocratique du Congo), le 6 décembre 2011.
Des policiers anti-émeutes dans les rues de Goma (République démocratique du Congo), le 6 décembre 2011. (SIMON MAINA / AFP)

Ils devaient être annoncés mardi 6 novembre, ils sont reportés de 48 heures. L'annonce des résultats complets de l'élection présidentielle du 28 novembre en République démocratique du Congo, n'aura finalement lieu que jeudi. La Commission électorale (Céni) l'a indiqué sur un bandeau déroulant à la télévision d'Etat RTNC.

Dans la journée de mardi, l'avance de Joseph Kabila à la présidentielle s'est confirmée. Avec 46,4 % des voix, le président sortant devance de près de 1,3 million de voix l'opposant Etienne Tshisekedi, à 36,2 %, selon des résultats partiels annoncés lundi 5 décembre. Ces estimations, rejetées par Etienne Tshisekedi, portent sur 67,65 % des bureaux de vote. Les neuf autres candidats sont loin derrière les deux rivaux.

Dans le pays, sous tension depuis le scrutin du 28 novembre entaché de fraude, la situation menace de dégénérer. Quelque 20 000 militaires sont déployés dans la capitale, Kinshasa, et des violences pourraient éclater aussi dans les provinces du Katanga (sud-est), ou dans le Kasaï-Occidental et le Kasaï-Oriental (centre).

Des policiers anti-émeutes déployés dans les rues de Lubumbashi (RDC), près du quartier général de l\'opposition, le 5 décembre 2011.
Des policiers anti-émeutes déployés dans les rues de Lubumbashi (RDC), près du quartier général de l'opposition, le 5 décembre 2011. (PHIL MOORE / AFP)

Les travailleurs étrangers fuient le pays

L'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti d'Etienne Tshisekedi, a "mis en garde" le président Joseph Kabila pour qu'il "respecte la volonté du peuple", le chef de l'UDPS ajoutant qu'"en cas de besoin", il lancerait un "mot d'ordre", sans plus de précisions.

Redoutant des violences, quelques milliers d'expatriés et de Congolais vivant à Kinshasa ont traversé ce week-end le fleuve Congo pour rallier Brazzaville, la capitale du Congo voisin, située juste en face. De son côté, l'ONG International Crisis Group a émis un bulletin d'alerte pour la RDC, la classant dans la catégorie "risque de conflit".