RDC : Emmanuel Macron a discrètement rencontré le prix Nobel de la paix Denis Mukwege, potentiel candidat à l'élection présidentielle

La tournée du président français en Afrique centrale s'est achevée samedi 4 mars en République démocratique du Congo. Outre son homologue Félix Tshisekedi, Emmanuel Macron a rencontré à Kinshasa le docteur Mukwege, dont le nom est cité pour la prochaine élection présidentielle.
Article rédigé par France Info - Simon Le Baron, France Inter
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le docteur Denis Mukwege à Nancy (Meurthe-et-Moselle) le 9 septembre 2022 (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

Emmanuel Macron a rencontré le prix Nobel de la paix Denis Mukwege, samedi 4 mars en République démocratique du Congo, selon les informations de France Inter. L'entretien a été ajouté à l'agenda du président français dans la plus grande discrétion, juste avant sa rencontre officielle avec le président congolais Félix Tshisekedi, samedi matin. 

Emmanuel Macron et Denis Mukwege se sont vus pendant une heure, en tête-à-tête, dans la résidence de l'ambassadeur de France à Kinshasa. En rencontrant le prix Nobel de la paix 2018, Emmanuel Macron voulait "avoir le ressenti le plus précis et le plus authentique de la situation humanitaire sur place", explique son entourage à France Inter. Il voulait aussi mettre en pratique sa volonté de "soutenir ce qui se fait de mieux en Afrique", précise un conseiller. 

Candidat potentiel à l'élection de décembre 2023

À neuf mois de l'élection présidentielle en RDC, le gynécologue surnommé "l'homme qui répare les femmes" fait figure de candidat potentiel. Les conseillers d'Emmanuel Macron assurent toutefois que la politique n'était pas du tout l'objet de la discussion. Selon les informations de France Inter, l'Élysée a pris soin de rendre cette rencontre publique après le départ d'Emmanuel Macron de RDC, pour ne pas fâcher l'actuel président Félix Tshisekedi. "Cela aurait créé l'émoi des autorités", confie un diplomate français. 

Emmanuel Macron terminait en RDC une tournée de quatre jours pour redorer le blason de la France en Afrique centrale. Il s'est également déplacé en Angola, au Gabon et au Congo. À Kinshasa, le président français était très attendu sur le conflit dans l'est de la RDC. S'il n'a pas clairement condamné le Rwanda, il a lancé de fermes mises en garde, estimant que la RDC ne devait pas être "un butin de guerre".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.