Cet article date de plus de six ans.

Une Nigériane de 14 ans accuse ses parents de l'avoir poussée à commettre un attentat

Elle a été arrêtée le corps ceint d'explosifs dans le nord du pays.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le marché de Kano (Nigéria) après une attaque suicide, le 10 décembre 2014.  ( AFP )

Une Nigériane de 14 ans, récemment arrêtée le corps ceint d'explosifs dans le nord du Nigeria, a accusé mercredi ses parents de l'avoir poussée à commettre une attaque suicide, au cours d'une conférence de presse organisée par la police.

La police nigériane a présenté cette jeune fille, identifiée sous le nom de Zahra'u Babangida, comme étant la jeune kamikaze arrêtée le 10 décembre à Kano, où un marché bondé de cette grande ville du nord nigérian avait été la cible d'une double attaque suicide qui avait tué 10 personnes. Les forces de l'ordre ont incité à la jeune fille à parler, pour dénoncer les méthodes de Boko Haram

"Tu iras au paradis si tu le fais"

Ses parents sont des sympathisans du groupe islamiste qui fait régner la terreur dans le nord du Nigéria et l'ont poussé un rencontrer des chefs locaux de Boko Haram. "Ils m'ont demandé si je pouvais faire [un attentat suicide], et j'ai dit non", a raconté la jeune fille aux journalistes."Ils m'ont dit 'tu iras au paradis si tu le fais', et j'ai dit 'non je ne peux pas le faire'. Ils m'ont dit qu'il me tireraient dessus ou me jetteraient dans un cachot".

Menacée de mort, Zahra'u a raconté avoir finalement accepté de participer à l'attaque, mais a assuré ne "jamais avoir eu l'intention de vraiment le faire". Après plusieurs jours, elle et trois autres filles, les vêtements bourrés d'explosifs, ont été conduites un marché de Kano, par des hommes non identifiés.

Lorsque les autres femmes se sont fait exploser, Zahra'u a été blessée, et a fui le marché pour se rendre dans un hôpital. . C'est là qu'on a découvert qu'elle portait une ceinture d'explosifs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Boko Haram

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.