Cet article date de plus de quatre ans.

Nigeria : une des 276 lycéennes enlevées par la secte Boko Haram, a été retrouvée saine et sauve

C'est la première fois qu'une des jeunes filles, enlevées en avril 2014, dans la ville de Chibok, est retrouvée. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants du collectif "Bring back our girls" manifestent à Lagos, au Nigeria, le 14 avril 2016.  (PIUS UTOMI EKPEI / AFP)

Amina Ali va pouvoir rentrer chez elle. Cette jeune nigériane enlevée en 2014 par la secte islamiste Boko Haram a avoir été retrouvée, annonce mercredi 18 mai un des responsables du mouvement BringBackOurGirls, cité par la BBC (lien en anglais). Elle est la première des 219 lycéennes toujours au main de Boko Haram après avoir été kidnappées dans la nuit du 14 au 15 avril 2015, a être retrouvée, saine et sauve. 

Si 276 jeunes filles avaient été enlevées cette nuit-là, certaines d'entre elles avaient réussi à s'enfuir, sautant des camions conduit par leurs ravisseurs. 

La jeune fille, enlevée à Chibok, a été découverte non loin de là, dans la forêt de Sambisa, dans l'Etat de Borno, qui passe pour un des derniers bastions de Boko Haram, a-t-il indiqué. Selon la BBC, "elle aurait été retrouvée avec un bébé".

 (GOOGLE MAPS)

Une première preuve de vie en avril

Le 13 avril, pour marquer les deux ans de cet enlèvement de masse, Boko Haram avait envoyé une vidéo montrant une quinzaine des lycéennes nigérianes, apeurées, visiblement filmées sous la contrainte. Ces preuves de vie, reprises par CNN, constituaient à la fois un soulagement et une nouvelle douleur pour les familles. 


Lycéennes enlevées : des preuves de vie envoyées par Boko Haram

Selon la chaîne américaine, les membres de Boko Haram auraient pris contact mi-janvier avec le gouvernement, réclamant des discussions sur un possible échange de prisonniers. Le gouvernement ayant demandé une "preuve de vie", il aurait d'abord reçu cinq photos de certaines des otages, puis cette vidéo.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.