Cet article date de plus de neuf ans.

Mozambique. Plus de 150 000 personnes déplacées par les inondations

Ce chiffre pourrait encore augmenter, faute d'avoir pu évaluer la situation dans plusieurs villages isolés de la province de Gaza, dans le sud de ce pays africain.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dans le district de la ville de Chokwe (Mozambique), le 25 janvier 2013. (USSENE MAMUDO / AFP)

Quelque 150 000 personnes ont été déplacées par les graves inondations qui frappent le sud du Mozambique, a indiqué lundi 28 janvier une porte-parole de l'ONU à Maputo. "Le chiffre officiel est de 150 000 personnes déplacées dans la province de Gaza", qui correspond à la basse vallée du fleuve Limpopo, a déclaré Patricia Nakell. Le pays est frappé par cette catastrophe depuis le mercredi 23 janvier. 

Au moins 40 personnes sont mortes dans les inondations qui ont paralysé la vallée du fleuve Limpopo depuis mercredi. "On vient toujours au secours des gens dans les zones à risque", a relevé Rita Almeida, porte-parole de l'Institut de gestion des catastrophes naturelles. Des bateaux, des hélicoptères et des camions sont utilisés pour transporter les sinistrés vers des campements temporaires mis en place par le gouvernement et les agences humanitaires. Dans la ville de Xai-Xai, 12 000 familles ont dû être évacuées.

Reuters et APTN

Un drame sanitaire en perspective

Le chiffre de l'ONU pourrait encore augmenter car la situation n'a pas été évaluée dans certains villages isolés. L'ONU coordonne les efforts de secours avec les ONG et les agences mozambicaines de gestion des catastrophes. "Les besoins concernent surtout des tentes et de l'eau potable, mais, fondamentalement, [les habitants] ont besoin de tout, a indiqué Katherine Müller, porte-parole de la Croix-RougeIl va y avoir un énorme besoin de produits d'assainissement, de moustiquaires, d'abris, d'ustensiles de cuisine et de couvertures."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.