"Yes we short", manifestation de soutien au Maroc pour les bénévoles belges

Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées à Casablanca pour donner une "autre image" du Maroc. 

Des militants marocains lors d\'une manifestation à Casablanca, le 10 août 2019, protestant contre les menaces proférées par des islamistes envers des bénévoles belges qui portaient des shorts. 
Des militants marocains lors d'une manifestation à Casablanca, le 10 août 2019, protestant contre les menaces proférées par des islamistes envers des bénévoles belges qui portaient des shorts.  (FADEL SENNA / AFP)

"L'image de notre pays a beaucoup souffert à cause de l'affaire des volontaires belges. Nous avions pu renverser la donne et donner une autre image du peuple marocain", se rejouit Mourad Elajouti, à l’origine de l’appel pour la manifestation du 10 août à Casablanca, sur sa page Facebook.

En short ou non, les manifestants ont brandi des slogans : "Non à l’obscurantisme", "Non à la radicalisation de la société marocaine", "Maroc des lumières", "Yes we short", en soutien aux bénévoles belges.

Ce rassemblement intervient à la suite de la polémique survenue après la diffusion d’une vidéo montrant des volontaires en short sur un chantier. Un instituteur avait appelé, sur les réseaux sociaux, à les décapiter et un député du PJD, parti islamiste au pouvoir, a dénoncé leurs "tenues légères". 

La Belgique a décidé de rapatrier ces bénévoles menacées de mort. De son côté, l’ONG flamande Boword a décidé de ne plus envoyer de bénévoles dans le royaume.

"Nous sommes venus dire à ceux qui veulent nous imposer une idéologie qui n’est pas la nôtre que nous n’allons jamais l'accepter. Pacifiquement, nous sommes là pour condamner les propos de l’instituteur et du député. Ces deux personnes ne nous représentent pas. Depuis Casablanca, nous voulons lancer un message de tolérance, d’amitié, d’amour, de fraternité et de coexistence", explique, à 2M, Khalid Chafaqui, militant associatif.