Soupçons de chantage contre le roi du Maroc : retour sur les faits

C'est la polémique de ces dernières heures : deux journalistes français mis en examen pour avoir accepté de l'argent contre la non-publication d'un livre sur le roi du Maroc.

FRANCE 3
Au coeur de l'été, à l'heure où les touristes se délectent des charmes authentiques du Maroc, un mauvais polar se joue en coulisses. Deux journalistes confirmés, Eric Laurent et Catherine Graciet, qui préparent un brûlot contre le roi Mohammed VI, rencontrent un conseiller du monarque. Une étrange proposition est alors faite par l'un des journalistes : la non-publication du livre contre 3 millions d'euros. C'est la version défendue par le Maroc qui a porté plainte. 

Des preuves accablantes

"C'est Éric Laurent qui contacte le Palais, c'est Éric Laurent qui, le premier, parle d'argent. C'est Mme Graciet qui demande une société off-shore, c'est elle encore qui souhaite être payée en petites coupures", défend Me Dupon-Moretti, l'avocat du roi du Maroc.
La négociation est filmée, les propos enregistrés. Vendredi dernier, les journalistes, surveillés par la police, sont interpellés puis mis en examen. Eux se disent victimes d'un piège.
Le JT
Les autres sujets du JT
Le roi du Maroc Mohammed VI lors du discours du directeur général de PSA Peugeot Citroen, le 19 juin 2015, au palais royal de Rabat (Maroc). 
Le roi du Maroc Mohammed VI lors du discours du directeur général de PSA Peugeot Citroen, le 19 juin 2015, au palais royal de Rabat (Maroc).  (FADEL SENNA / AFP)