Maroc : 17 détenus du mouvement de protestation Hirak graciés par le roi Mohammed VI

La grâce royale des 17 militants du Hirak survient "en considération de leurs circonstances familiales et humaines", a annoncé mercredi le ministère de la Justice marocain dans un communiqué.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le roi du Maroc, Mohammed VI, lors d'un discours à l'occasion des 20 ans de son accession au pouvoir, le 29 juillet 2019 à Tétouan (Maroc). (AFP)

Dix-sept détenus du Hirak, mouvement de protestation ayant agité le nord du Maroc entre 2016 et 2017, ont été graciés par le roi du Maroc, Mohammed VI, à l'occasion de la fête religieuse de l'Aïd el Fitr  la fête musulmane qui marque la fin du jeûne du ramadan – a annoncé mercredi 12 mai le ministère de la Justice marocain dans un communiqué. La grâce royale des 17 militants du Hirak, dont les noms n'ont pas été dévoilés, survient "en considération de leurs circonstances familiales et humaines".

Les militants du mouvement social graciés purgeaient des peines allant de 4 à 20 ans de prison, a déclaré à l'AFP un membre de l'Association des familles, ajoutant que des leaders du mouvement, Nasser Zefzafi et Nabil Ahamjik, condamnés à 20 ans de prison chacun, ne sont pas concernés par la grâce.

Près de 800 autres détenus graciés également

La protestation dans le Rif avait été déclenchée, en octobre 2016, par la mort d'un vendeur de poissons, broyé dans une benne à ordures en tentant de s'opposer à la saisie de sa marchandise par les autorités.

Au total, 810 détenus ont été graciés dont 12 condamnés dans des affaires liées "au terrorisme", qui ont bénéficié d'un programme de réhabilitation contre l'extrémisme religieux et ayant "officiellement annoncé leur rejet de toute forme d'extrémisme et de terrorisme".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Maroc

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.