Deux Français jihadistes présumés extradés du Mali vers la France

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a affirmé sur Europe 1 que le renvoi du combattant arrêté la veille devait avoir lieu dans la matinée. 

Un soldat malien surveille deux combattants soupçonnés d\'appartenir au Mujao, le 22 février 2013 à Gao, au Mali.
Un soldat malien surveille deux combattants soupçonnés d'appartenir au Mujao, le 22 février 2013 à Gao, au Mali. (JOEL SAGET / AFP)

Le Français jihadiste fait prisonnier jeudi au Mali doit être "extradé dans les moments qui viennent". Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, l'a affirmé vendredi 8 mars sur Europe 1 alors qu'un autre jihadiste français présumé a été renvoyé mardi vers la France et placé en garde à vue.

Le premier a été fait prisonnier par l'armée française lors de combats dans le massif de l’Adrar des Ifoghas, dans le nord-est du pays. Le second a été arrêté en novembre.

Un combattant fait prisonnier par l'armée française

C'est une première depuis le début de l’opération Serval, le 11 janvier. Un Français combattant au sein des groupes jihadistes a été fait prisonnier jeudi, en marge des combats au cœur du massif de l'Adrar des Ifoghas, sanctuaire d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), rapporte Libération. Ni son identité ni son parcours n’ont été communiqués. Il devait être extradé vendredi, comme l'a précisé Jean-Yves Le Drian. 

D'après le quotidien, il ferait partie d'un groupe de cinq combattants, "totalement dépassés par les événements", qui se sont rendus jeudi aux forces françaises, comme l'a indiqué le porte-parole de l’état-major sans détailler leurs identités. Les soldats français ont poursuivi dans la journée le ratissage de cette zone, où 150 islamistes ont péri ces derniers jours.

Un suspect arrêté par les autorités maliennes

Un autre Français jihadiste présumé, Ibrahim Aziz Ouattara, a été expulsé mardi du Mali en France. Originaire d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) et possédant aussi la nationalité malienne, cet homme de 25 ans avait été interpellé en novembre par les autorités maliennes, à Sévaré, alors qu'il voyageait sous une fausse identité. Il est soupçonné d'avoir cherché à rejoindre des groupes jihadistes opérant dans le nord du Mali, comme l'explique notre blog Enquête en cours

Ibrahim Aziz Ouattara n'est pas inconnu des services français de l'antiterrorisme, rappelle Le Monde.fr. Il a été mis en examen en 2010 pour association de malfaiteurs en vue d'une entreprise terroriste. Il était soupçonné de préparer un attentat contre le recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur.

D'autres sur la même voie ?

Jean-Yves Le Drian a assuré sur Europe 1 que le nombre des Français dans les rangs des combattants islamistes était réduit, évoquant deux personnes. Les autorités françaises estiment qu'une dizaine de jihadistes français ou franco-africains sont partis au Sahel pour rejoindre des combattants islamistes. Plusieurs ont été arrêtés dans la bande sahélienne ces derniers mois, à l'instar de Cédric Labo Ngoyi Bungenda. Ce Franco-Congolais de 27 ans a été interpellé en août 2012 par la police nigérienne alors qu'il tentait de rejoindre Aqmi. Les juges antiterroristes instruisent par ailleurs depuis juin 2012 quatre dossiers concernant des filières islamistes maliennes.