Mali. L'armée française contrôle Tessalit et Aguelhok, deux des derniers fiefs islamistes

Cette nouvelle avancée des forces françaises survient alors que les islamistes ont affirmé avoir ouvert un nouveau front en posant des mines.

Un convoi militaire français circule dans la région de Gao (Mali), le 7 février 2013.
Un convoi militaire français circule dans la région de Gao (Mali), le 7 février 2013. (PASCAL GUYOT / AFP)

Après Aguelhok, Tessalit. Les forces françaises ont pris le contrôle, vendredi 8 février, de l'un des derniers bastions des groupes islamistes dans le nord-est du Mali, après une opération des forces spéciales. Une "opération aéro-terrestre" a eu lieu durant la nuit, a précisé le porte-parole de l'état-major, le colonel Thierry Burkhard.

Jeudi soir, des soldats français et tchadiens sont arrivés à Aguelhok, dans la région de Kidal, située à l'extrême nord-est du pays, près de la frontière algérienne. Cette nouvelle avancée des forces françaises survient alors que les islamistes, qui ont abandonné presque sans combats le nord du Mali, ont affirmé jeudi avoir ouvert un nouveau front, en posant des mines qui ont tué quatre civils maliens mercredi dans une explosion.

Les régions d'Aguelhok et de Tessalit, à 200 km au nord de Kidal, sont la cible depuis plusieurs jours d'intenses frappes aériennes françaises, visant des dépôts logistiques et des centres d'entraînement des groupes islamistes. Aguelhok, à moins de 300 km de la frontière algérienne, avait été le théâtre, en janvier 2012, du massacre d'une centaine de soldats et de civils maliens, peu après la prise de la ville par des rebelles touareg et des islamistes armés.