Mali : Halima Cissé et ses neuf bébés mobilisent les Maliens et l'expertise marocaine

Les autorités maliennes ont participé à la prise en charge de cette grossesse rarissime.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Un des nonuplés vu dans une couveuse à la clinique privée d'Aïn Borja, à Casablanca, au Maroc, le 5 mai 2021. (YOUSSEF BOUDLAL / REUTERS)

La Malienne Halima Cissé a donné naissance à neuf bébés, au lieu des sept attendus, dans un établissement privé marocain le 4 mai 2021. "Les nouveau-nés (cinq filles et quatre garçons) et la maman se portent tous bien", a fait savoir par communiqué le Dr Fanta Siby, la ministre malienne de la Santé et du Développement social. 

Les nonuplés, dont le plus petit pèse 500g, resteront "sous surveillance pendant deux à trois mois jusqu'à ce qu'ils aient atteint un poids mature", a déclaré à l'AFP le professeur Youssef Alaoui, directeur médical de la clinique Ain Borja à Casablanca. Le praticien n'a pas confirmé si ces naissances établissaient un nouveau record mondial. Le dernier en matière de grossesse multiple remonte à 2009, rappelle l'AFP. Il est détenu par l'Américaine Nadya Suleman, alias "Octomum", devenue maman de huit bébés à 33 ans

La nouvelle de cet accouchement exceptionnel est l'heureux épilogue d'une grossesse qui tient en haleine le Mali et ses autorités depuis quelques semaines. Des appels sur les réseaux sociaux et l'alerte des professionnels de santé ont attiré l'attention sur l'état de la jeune femme originaire de Tombouctou. 

Intérêt national

"Il y a deux semaines, précisait un communiqué daté du 23 mars 2021, la ministre de la Santé et du Développement social a été informé par la direction générale du CHU du Point G de l’admission au service gynéco-obstétrique dudit hôpital d’une dame âgée de 25 ans pour grossesse multiple de sept fœtus d’environ vingt-quatre semaines". Suite aux conseils d'une équipe d'experts maliens qui a préconisé une évacuation sanitaire pour "une meilleure prise en charge de la mère et des 7 bébés", le ministère est "entré en contact avec une clinique spécialisée au Maroc" dont le devis a été estimé "à plus d’une centaine de millions" de FCFA (plus de 152 000 euros)

Le ministère de la Promotion de la femme, de l’Enfant et de la Famille s'est également mobilisé pour la prise en charge de la maman et de ses enfants. "Cette grossesse nous interpellait tous, en premier, le Chef de l’Etat, a instruit l’entière prise en charge de Mme Arby Halima Cissé. Et étant en charge du département de la femme, il est de notre devoir de préparer l’après accouchement d’où cette alerte à laquelle vous avez répondu comme d’habitude", a déclaré mi-avril la ministre Bouaré Bintou Founé Samakéla alors qu'elle recevait un don de 5 millions de FCFA (plus de 7605 euros) de la Fondation Orange Mali.  

Admise à 25 semaines le 30 mars 2021, Halima Cissé a vu sa grossesse  prolongée de cinq semaines afin d'augmenter les chances de survie des nouveaux-nés qui sont aujourd'hui "des grands prématurés", a confié l'équipe médicale au média marocain L'Observateur du Maroc et d'Afrique. L'accouchement par césarienne a mobilisé "trois gynécologues, trois réanimateurs, un médecin radiologue et trois réanimateurs néonatologistes". 

Dans son communiqué, la ministre malienne de la Santé a d'ailleurs félicité "les équipes médicales du Mali et du Maroc dont le professionnalisme est à l’origine de l’issue heureuse de cette grossesse".   

Un hôpital pédiatrique qui attend d'être utilisé

La coopération sanitaire entre les deux pays n'est pas nouvelle. La Fondation Mohammed VI, celle du roi du Maroc, a offert au Mali un centre hospitalier spécialisé dans la santé de la mère et de l'enfant. Le média malien Bamako News, dans un article assez critique, soulignait fin mars que le Mali n'avait pas encore procédé "à l’ouverture et à la fonctionnalisation" de cet hôpital. "Le hub sanitaire moderne de la construction de la clinique périnatale Mohammed VI aurait dû servir à prendre en charge ce genre de situation", conclut l'article en évoquant la grossesse à risques d'Halima Cissé.

En novembre 2017, le ministre malien de la Santé d'alors, Samba O. Sow, visitait l'hôpital pédiatrique "équipé construit à Sébénicoro (un quartier populaire de Bamako, la capitale malienne) par le royaume du Maroc". Un "joyau d'une valeur d'environ 10 milliards de francs CFA (plus de 15 millions d'euros)", indiquait le communiqué du gouvernement malien censé permettre "de renforcer le parc hospitalier du Mali et aussi la capacité de prise en charge des pathologies de la mère et de l'enfant, notamment les nouveau-nés", dans un pays qui enregistre l'un des plus forts taux de mortalité néonatale au monde. C'est le 1er mars que le projet de loi nécessaire à la mise en service de la Clinique périnatale Mohammed VI de Bamako a été finalement adopté par le parlement de transition.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mali

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.