Mali : Ba N'Daou, ancien ministre de la Défense et militaire à la retraite, désigné président de transition par la junte

Le profil du chef d'Etat devant présider à la période de transition à la tête du pays faisait débat, entre les militaires qui ont renversé Ibrahim Boubacar Keïta et les pays voisins, qui souhaitaient une personnalité civile.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le colonel Assimi Goïta, chef de la junte et futur vice-président du Mali, parle à la presse au ministère de la Défense à Bamako, le 19 août 2020. (ANNIE RISEMBERG / AFP)

Le Mali connaît l'identité du président de transition qui le dirigera en attendant l'organisation d'élections. Ba N'Daou, colonel major à la retraite et ex-ministre de la Défense, a été choisi lundi 21 septembre par un comité mis en place par la junte au pouvoir, dont on ignore la composition.

Le chef de la junte devient vice-président

C'est le chef de cette junte, le colonel Assimi Goïta, qui l'a annoncé à la télévision nationale. Lui-même occupera le poste de vice-président de transition, chargé des questions de défense et de sécurité. Le pays n'avait plus de président depuis le coup d'Etat militaire contre Ibrahim Boubacar Keïta, le 18 août dernier.

Ba N'Daou est censé officier comme chef de l'Etat pendant plusieurs mois avant un retour des civils au pouvoir. Les militaires prévoient pour l'instant une transition de 18 mois. Il prêtera serment vendredi.

Ces annonces interviennent après plusieurs semaines de querelles sur la nature civile ou militaire de la transition. La Communauté des Etats ouest-africains (Cédéao) a fait pression sur la junte pour la désignation rapide de personnalités civiles, imposant notamment des sanctions économiques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.