Les forces françaises quitteront le Mali "à partir de la fin avril", selon Ayrault

Selon le chef de l'Etat, la souveraineté du Mali sera rétablie sur "la quasi-totalité" du pays dans "quelques jours".

Des soldats français dans le massif des Ifoghas, dans le nord du Mali, le 16 mars 2013.
Des soldats français dans le massif des Ifoghas, dans le nord du Mali, le 16 mars 2013. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

L'échéance est un peu repoussée. Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a déclaré mercredi 20 mars que le retrait des forces françaises du Mali débuterait "à partir de la fin du mois d'avril". Initialement, le gouvernement avait prévu de commencer le rapatriement des troupes dès le mois de mars. 

"Nous ferons tout pour libérer nos otages", a par ailleurs affirmé Jean-Marc Ayrault devant l'Assemblée nationale, dans sa réponse à la motion de censure de l'UMP. Evoquant une réunion lundi prochain avec des personnalités de l'Assemblée nationale et du Sénat, Jean-Marc Ayrault a précisé que cette rencontre permettrait de faire le point sur quatre mois d'engagement au Mali, "même si nos troupes vont commencer, à partir de la fin du mois d'avril, à rentrer".

Hollande : "Nous sommes dans la dernière phase"

Le président François Hollande a pour sa part assuré mercredi que la souveraineté sera rétablie sur "la quasi-totalité" du territoire malien dans "quelques jours". "Nous sommes dans la dernière phase" de l'opération Serval, a-t-il assuré.

Début février, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait affirmé qu'"qu'à partir de mars, si tout se passe comme prévu, le nombre de troupes françaises devrait diminuer". Mais début mars, il avait implicitement reconnu que ce calendrier était un peu trop optimiste, en annonçant que "certains éléments du dispositif devraient pouvoir être retirés à partir d'avril". "Ce qui ne veut évidemment pas dire que nous partirons du jour au lendemain", avait-il prudemment précisé.