Libye : l'autorité électorale propose de repousser la présidentielle au 24 janvier 2022

En raison de l'"impossibilité" de voir l'élection se tenir le vendredi 24 décembre, la Haute Commission électorale libyenne a proposé d'organiser le scrutin un mois après la date prévue.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les candidats à l'élection présidentielle libyenne Ahmed Maiteeq (à gauche) et Fathi Bashagha (au centre), le 21 décembre 2021.  (ABDULLAH DOMA / AFP)

La Haute Commission électorale libyenne a proposé mercredi 22 décembre de reporter d'un mois l'élection présidentielle initialement fixée au 24 décembre, peu après qu'une commission du Parlement a conclu à l'"impossibilité" de la tenir à cette date. "Le Parlement se chargera d'adopter les mesures nécessaires afin de lever les entraves au processus électoral", a-t-elle annoncé dans un communiqué.

"La phase des recours et appels a constitué un tournant dangereux pour le processus électoral. Elle a en fait été le point où se sont arrêtés tous les efforts visant à faire aboutir cette échéance historique pour des considérations hors du contrôle de ceux qui sont en charge du processus", a expliqué l'autorité électorale. Parmi ces considérations, elle a notamment cité "des législations électorales inadéquates concernant le rôle de la justice dans les appels et les contentieux électoraux".

Une annonce attendue depuis plusieurs jours

Plus tôt dans la journée, une commission du Parlement chargée du suivi de l'élection présidentielle avait déclaré "impossible" la tenue de ce scrutin le 24 décembre, un accroc majeur dans le processus de transition censé sortir ce pays d'Afrique du Nord du chaos post-Kadhafi. Les conclusions de la commission ont été rendues publiques alors qu'une annonce du report du scrutin était attendue depuis plusieurs jours, faute de préparatifs adéquats et sur fond de désaccords insurmontables entre camps rivaux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Libye

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.