Cet article date de plus de neuf ans.

Libye. Plus de 100 chars saisis chez une milice pro-Kadhafi

Le ministère de l'Intérieur a annoncé jeudi avoir saisi des chars et des lance-missiles dans la région de Tarhouna. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
C'est l'attentat de dimanche 19 août à Tripoli qui a permis de remonter jusqu'à l'arsenal de ce groupe. (MAHMUD TURKIA / AFP)

AFRIQUE - Une centaine de chars et 26 lance-missiles. Le ministère de l'Intérieur libyen a annoncé jeudi 23 août avoir saisi des armes et véhicules appartenant à un groupe de partisans de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi dans la région de Tarhouna, à 60 kilomètres de la capitale Tripoli.

Cet arsenal impressionnant se trouvait dans une caserne à Souk al-Ahad, où est basé cette milice. Le ministère a a indiqué que c'est l'enquête sur le double attentat à la voiture piégée qui a fait dimanche 19 août deux morts et quatre blessés à Tripoli qui avait permis de remonter au groupe.

La "Brigade du martyr Mouammar Kadhafi"

Cette milice, connue sous le nom de "Katiba al-Awfiya" (Brigade des fidèles), se faisait appeler en interne "Brigade du martyr Mouammar Kadhafi", l'ancien dirigeant libyen tué en octobre dernier. Il s'agit de la même milice qui avait pris d'assaut début juin l'aéroport de Tripoli bloquant le trafic aérien durant plusieurs heures, pour dénoncer le mystérieux enlèvement d'un de leurs chefs, avant que les autorités ne parviennent à les déloger et à reprendre le contrôle de la situation.

Les attentats à la voiture piégée de dimanche ont ravivé l'inquiétude sur la fragilité de la situation sécuritaire en Libye. Jeudi, le Congrès général national (CGN), l'assemblée issue des élections du 7 juillet, s'est réuni à huis-clos pour discuter de ce sujet.Selon des membres du CGN, le ministre de l'Intérieur Fawzi Abdelali a été sévèrement critiqué par les députés qui ont dénoncé le "laxisme" des forces de sécurité.

Après la chute du régime de Mouammar Kadhafi, la population a puisé dans l'arsenal abandonné par l'ancienne armée. Dans le même temps, de nombreux ex-rebelles qui avaient combattu les forces kadhafistes se sont par ailleurs organisés en milices, faisant la loi dans le pays.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.