Le Zimbabwe demande l'extradition du chasseur américain qui a tué le lion Cecil

Walter Palmer, un riche dentiste américain, est rentré dans son pays avant que n'éclate le scandale.

Le lion Cecil filmé dans sa réserve à Hwange (Zimbabwe) dans une vidéo postée le 9 juillet 2015 sur YouTube.
Le lion Cecil filmé dans sa réserve à Hwange (Zimbabwe) dans une vidéo postée le 9 juillet 2015 sur YouTube. (BRYAN ORFORD / YOUTUBE)

Le Zimbabwe veut juger le docteur Walter Palmer. La ministre de l'Environnement du Zimbabwe, Oppah Muchinguri, a demandé, vendredi 31 juillet, l'extradition du chasseur américain qui a tué le lion Cecil, spécimen protégé et attraction vedette de la grande réserve animalière de Hwange.

"Nous demandons aux autorités compétentes son extradition vers le Zimbabwe pour qu'il puisse être jugé pour les infractions qu'il a commises", a-t-elle déclaré lors d'un point presse, regrettant qu'il n'ait pas pu être déjà appréhendé car "il s'était déjà évaporé vers son pays d'origine" quand le scandale a éclaté.

Une chasse probablement illégale

Le dentiste américain, chasseur à l'arc de trophées animaliers prestigieux, a tué ce lion mâle de 13 ans qui était une attraction pour les visiteurs du parc national de Hwange, et sujet d'une étude de l'université anglaise d'Oxford depuis 2008. La célébrité du félin à l'inhabituelle crinière noire et les circonstances suspectes de sa traque ont déclenché une vague d'indignation mondiale, en particulier sur Twitter.

L'animal a été repéré de nuit puis attiré avec une charogne hors du parc national, où il était protégé. Blessé par flèche, il n'aurait été achevé au fusil que 40 heures plus tard, puis dépecé et décapité. De nombreux professionnels de safaris de chasse ont estimé très probable que cette traque ait été illégale. Outre qu'elles nécessitent la détention d'un permis, ces chasses doivent se dérouler de jour, dans des réserves privées et en présence d'un garde de parc national.

Selon eux, une chasse au lion coûte entre 60 000 et 120 000 dollars, avec un surcoût pour l'utilisation d'un arc, qui est l'arme la plus prestigieuse en la matière. C'est l'arme de prédilection du dentiste de 55 ans, dont le tableau de chasse compte 43 trophées d'exception (léopard, lion, rhinocéros, ours polaire, puma, bison, éléphant, cerf, etc.), selon le site de l'organisation Safari club international.