Cet article date de plus de dix ans.

La Libye adopte la charia comme loi essentielle

Lors du discours proclamant la libération de la Libye, hier, le président du CNT Moustapha Abdeljalil a assuré que la future législation libyenne serait fondée sur la loi islamique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président du Conseil national de transition Moustapha Andeljalil salue un officier blessé lors de la cérémonie proclamant la libération de la Libye, le 23 octobre 2011 à Benghazi. (ESSAM AL-FETORI/REUTERS)

Quelques jours après la mort de son ancien leader Mouammar Kadhafi, la Libye se tourne vers l'islam. Le président du Conseil national de transition (CNT) Moustapha Abdeljalil a répété, dimanche 23 octobre, à Benghazi que la législation du pays serait fondée sur la charia, la loi islamique. Une annonce faite devant des dizaines de milliers de personnes lors de la proclamation officielle de la "libération" de la Libye. Lundi le chef du CNT a toutefois tenu à préciser que les Libyens sont des "musulmans modérés".

"En tant que pays islamique, nous avons adopté la charia comme loi essentielle et toute loi qui violerait la charia est légalement nulle et non avenue", a réaffirmé le président du CNT. A la mi-septembre, Moustapha Abdeljalil avait déjà annoncé que l'islam serait la principale source de la future législation dans la nouvelle Libye, toute en rejetant les "idéologies extrémistes"

Réagissant à ces nouveaux principes libyens, la porte-parole de la chef de la diplomatie européenne a souligné : "Nous attendons de la nouvelle Libye qu'elle soit fondée sur le respect des droits de l'homme et des principes démocratiques." Même avertissement de la France qui a dit qu'elle serait "vigilante".

La polygamie autorisée

Une des conséquences de cette décision concerne la polygamie, qui sera désormais autorisée. "Par exemple, a indiqué le président du CNT lors de son discours, la loi sur le divorce et le mariage (...), cette loi est contraire à la charia et elle n'est plus en vigueur." 

Moustapha Abdeljalil a également annoncé l'ouverture de banques islamiques qui interdiront de toucher des intérêts. Il a par ailleurs demandé que les Libyens cessent de marquer leur joie par des tirs en l'air soulignant que "remercier Dieu ne veut pas dire tirer. C'est interdit par la charia car cela peut blesser des civils". Il a enfin exhorté le peuple libyen à la patience et la tempérance. "Vous devez vous montrer prêts à accorder le pardon. L'avenir, avec l'aide de Dieu, sera prospère".

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.