Cet article date de plus de sept ans.

L'ex-otage Francis Collomp est arrivé en France

Retenu en otage depuis décembre 2012, l'ingénieur de 63 ans a atterri sur la base militaire de Villacoublay (Yvelines), accueilli par Jean-Marc Ayrault.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ex-otage Francis Collomp à son arrivée sur le sol français, le 18 novembre 2013, sur la base militaire de Villacoublay (Yvelines).  (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Le Français Francis Collomp, otage d'un groupe islamiste depuis décembre 2012 dans le nord du Nigeria, a atterri sur la base militaire de Villacoublay (Yvelines), lundi 18 novembre. Il y a été accueilli par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

"Affaibli" mais en état de voyager, selon un représentant du Quai d'Orsay, il a quitté le Nigeria dimanche vers minuit, à bord d'un avion médicalisé, avec le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui a interrompu sa visite en Israël pour le retrouver à Abuja, la capitale nigériane. Accompagné également par l'ambassadeur de France au Nigeria, Francis Collomp avait les traits tirés et l'air extrêmement fatigué.

 

FRANCE 2

Une évasion digne "d'un livre d'aventures"

L'ingénieur de 63 ans, qui travaillait pour l'entreprise française d'électricité Vergnet, avait été enlevé le 19 décembre 2012 dans l'Etat de Katsina (nord du Nigeria) par une trentaine d'hommes armés, qui avaient tué deux gardes du corps et un voisin. Il a échappé à ses ravisseurs samedi.

François Hollande, qui s'est déjà entretenu au téléphone avec l'ex-otage, a déclaré lors d'une conférence de presse à Tel Aviv être "fier" de Francis Collomp, qui a retrouvé la liberté "dans des conditions qui pourraient être celles d'un livre d'aventures".

Selon Femi Adenaike Adeleye, commissaire de police à Kaduna, où l'ex-otage a été remis dimanche aux autorités françaises, Francis Collomp a réussi à prendre la fuite samedi "pendant la prière" de ses geôliers, à Zaria, au nord de Kaduna. Une source française proche du dossier avait auparavant indiqué que Francis Collomp s'était enfui à la faveur d'un échange de tirs entre le groupe qui le détenait et l'armée nigériane.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.