Un troupeau d’éléphants quittera l’Angleterre pour une nouvelle vie sauvage au Kenya

C’est "une première mondiale", selon la Fondation Aspinall qui organise le transfert.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un troupeau d'éléphants dans leur habitat naturel à Kimana, au Kenya, en mars 2021. (YASUYOSHI CHIBA / AFP)

Un troupeau de treize éléphants vivant dans un parc animalier au sud de l'Angleterre sera bientôt convoyé en avion au Kenya. Les pachydermes pourront ainsi retrouver leur habitat naturel pour vivre heureux et se reproduire.

Le tour des éléphants

Après les gorilles, les rhinocéros noirs ou les bisons d'Europe, la fondation Aspinall organise une nouvelle action en faveur des éléphants. L’association dédiée à la protection des animaux menacés compte transférer l’an prochain treize pachydermes du parc animalier Howletts Wild Animal Park, situé dans le Kent, vers le sud du Kenya. Deux sites sont à l’étude pour assurer les meilleures conditions possibles aux futurs hôtes.

"Après des années à peser les avantages et les risques, nous avons décidé ce projet sans précédent et cette véritable première mondiale"

Carrie Symonds et Damian Aspinall, Fondation Aspinall

The Sun

En "Jumbo jet"

Le groupe d'éléphants, dont trois bébés, sera transporté sur plus de 7 000 kilomètres à bord d'un Boeing 747, surnommé le Dumbo Jet, rapporte The Sun. Des voyageurs qui pèsent lourd pour un total de 25 tonnes. C’est la première fois qu’un troupeau reproducteur d’éléphants est réintroduit dans son habitat naturel où il pourra parcourir jusqu’à 50 kilomètres par jour, comme l’indique The Sun. Selon la Fondation Aspinall, les éléphants en captivité ont tendance à souffrir d'arthrite et de problèmes de pieds associés à une vie d'immobilité relative. Pire, ils sont sujets au stress et à la dépression, surtout lorsqu’ils vivent en solitaire.

Une longue vie tranquille

Le futur s’annonce plus joyeux et la vie bien plus longue et plus tranquille pour ces éléphants anglais qui rejoindront bientôt leurs cousins en Afrique. Selon les informations de la Fondation Aspinall, la durée de vie moyenne d'un éléphant en captivité est de 16,9 ans contre 56 ans pour un éléphant dans un parc kényan. L’association travaillera avec des équipes anti-braconnage pour aider à assurer la survie à long terme du troupeau au Kenya.

"Avec le temps, leurs descendants se compteront par centaines – puis par milliers – et s'intègreront dans un écosystème incomparable qui contribue à stimuler l'économie touristique kényane", soulignent dans les colonnes du journal Carrie Symonds et Damian Aspinall.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Kenya

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.