LA PHOTO. Sotheby's met fin aux enchères de cornes de rhinocéros

Sotheby's est devenue le 24 novembre la dernière maison d'enchères internationale à mettre fin aux ventes d'objets en corne de rhinocéros, retirant des lots anciens d'une vente prévue à Hong Kong après un tollé d'associations de défense de l'environnement. L'autre grande maison de ventes aux enchères, Christie's, avait déjà interdit les ventes de cornes de rhinocéros.

«Sotheby\'s déplore les massacres illégaux et le négoce qui mettent en danger la faune sauvage et soutient fermement les efforts de protection animale de la communauté internationale», a expliqué la société de vente. La décision survient après que sa concurrente Bonhams a annulé une vente à Hong Kong de 21 lots de sculptures sur cornes de rhinocéros estimés à 3,87 millions de dollars (3,41 millions d\'euros) à la suite de pressions, selon l\'organisation écologiste Humane Society International. Une autre maison de ventes aux enchères, Christie\'s, a déjà interdit les ventes de cornes de rhinocéros. Les associations de protection de l\'environnement ont averti que même une légère hausse de la demande de cornes de rhinocéros anciennes présenterait un risque d\'extinction de l\'espèce. L\'Afrique du Sud, qui regroupe environ 80% de la population de rhinocéros (dont celui qui figure sur la photo, prise dans le parc Kruger), est le terrain de chasse privilégié des braconniers. Plus de 7100 animaux ont été tués ces dix dernières années. Les cornes de rhinocéros sont très prisées en Asie, atteignant 60.000 dollars (52.900 euros) le kilogramme.
«Sotheby's déplore les massacres illégaux et le négoce qui mettent en danger la faune sauvage et soutient fermement les efforts de protection animale de la communauté internationale», a expliqué la société de vente. La décision survient après que sa concurrente Bonhams a annulé une vente à Hong Kong de 21 lots de sculptures sur cornes de rhinocéros estimés à 3,87 millions de dollars (3,41 millions d'euros) à la suite de pressions, selon l'organisation écologiste Humane Society International. Une autre maison de ventes aux enchères, Christie's, a déjà interdit les ventes de cornes de rhinocéros. Les associations de protection de l'environnement ont averti que même une légère hausse de la demande de cornes de rhinocéros anciennes présenterait un risque d'extinction de l'espèce. L'Afrique du Sud, qui regroupe environ 80% de la population de rhinocéros (dont celui qui figure sur la photo, prise dans le parc Kruger), est le terrain de chasse privilégié des braconniers. Plus de 7100 animaux ont été tués ces dix dernières années. Les cornes de rhinocéros sont très prisées en Asie, atteignant 60.000 dollars (52.900 euros) le kilogramme. (WIKUS DE WET / AFP)
Des ventes qui mettent en danger l'espèce. «Sotheby's déplore les massacres illégaux et le négoce qui mettent en danger la faune sauvage et soutient fermement les efforts de protection animale de la communauté internationale», a expliqué la société de vente. La décision survient après que sa concurrente Bonhams a annulé une vente à Hong Kong de 21 lots de sculptures sur cornes de rhinocéros estimés à 3,87 millions de dollars (3,41 millions d'euros) à la suite de pressions, selon l'organisation écologiste Humane Society International. Une autre maison de ventes aux enchères, Christie's, a déjà interdit les ventes de cornes de rhinocéros. Les associations de protection de l'environnement ont averti que même une légère hausse de la demande de cornes de rhinocéros anciennes présenterait un risque d'extinction de l'espèce. L'Afrique du Sud, qui regroupe environ 80% de la population de rhinocéros (dont celui qui figure sur la photo, prise dans le parc Kruger), est le terrain de chasse privilégié des braconniers. Plus de 7100 animaux ont été tués ces dix dernières années. Les cornes de rhinocéros sont très prisées en Asie, atteignant 60.000 dollars (52.900 euros) le kilogramme.