L'Afrique du Sud mise sur le solaire et l'éolien pour réduire sa dépendance au charbon

La centrale solaire Kathu Solar Park, inaugurée le 4 avril 2019 en Afrique du Sud, est la première d’une série de projets d'énergie propre. Dans ce pays, gros producteur de charbon, la houille est encore à l’origine de 90% de l'électricité produite. Cette centrale marque le tournant pris par l’Afrique du Sud.

Des Sud-Africaines remplissent des brouettes de charbon dans la région de Johannesburg. Plus au loin, la centrale nucléaire de Duvha, gérée par l\'entreprise publique sud-africaine Eskom. Photo prise le 5 février 2015.
Des Sud-Africaines remplissent des brouettes de charbon dans la région de Johannesburg. Plus au loin, la centrale nucléaire de Duvha, gérée par l'entreprise publique sud-africaine Eskom. Photo prise le 5 février 2015. (MARCO LONGARI / AFP)

La centrale solaire Kathu Solar Park, nouvellement reliée au réseau sud-africain, doit atteindre une puissance de 100 MW pour un coût de 750 millions d’euros. Ses miroirs paraboliques s’étendent sur 240 hectares, dans la province Northern Cap au nord du pays.

Située loin des grandes villes sud-africaines, Kathu Solar Park est installée à proximité de la plus grande mine de fer à ciel ouvert du monde, qui requiert une alimentation constante et fiable en électricité. Le propriétaire de la mine, SIOC Community Development Trust, est le troisième investisseur dans la centrale de Kathu derrière le français Engie et le fonds de pension sud-africain Investec Bank.

A la différence du photovoltaïque, la technologie CSP concentre la lumière du soleil sur un fluide calorifique qui va chauffer un circuit d'eau. La vapeur générée viendra, comme pour les autres centrales, alimenter une turbine et produire de l’électricité. La chaleur stockée dans du sel fondu permet de produire de l’électricité jusqu’à 5 heures après le coucher du soleil.

Lancé en 2016, Kathu Solar Park ne suffira pas à résoudre la grave crise énergétique que connaît le pays. Les grandes villes sont soumises à des délestages chroniques liés à une production insuffisante. Mal géré, l’opérateur public Eskom n’a pas suffisamment investi dans la production et la maintenance de ses centrales thermiques.

Le programme nucléaire civil suspendu

Ces centrales solaires et éoliennes vont prendre le relais des projets nucléaires, abandonnés par les autorités. Seul pays du continent à maîtriser le nucléaire civil, l'Afrique du Sud envisageait pourtant depuis 2010 de relancer son programme. Aux deux réacteurs de Koeberg, près du Cap (construits en 1976), devaient s'en ajouter six à huit nouveaux. Mais face à un mur d’investissements estimés à près de 70 milliards d’euros, ce projet n’a cessé d’être repoussé par les autorités.

Sans pour autant écarter définitivement l'atome, le gouvernement sud-africain privilégie désormais les énergies renouvelables et le gaz…Jeff Radebe, ministre sud-africain de l'EnergieLa Tribune Afrique

"Nous allons lancer une étude pour déterminer s'il nous faudra plus de nucléaire après 2030. Mais jusque-là, nous n'envisageons pas d'augmenter notre capacité de production d'électricité nucléaire", a toutefois annoncé Jeff Radebe, le ministre de l'Energie, le 27 août 2018. 

L’Afrique du Sud dépend encore à 90% du charbon,

Les nombreux projets solaires et éoliens doivent permettre de réduire la dépendance du pays au charbon, à l'origine de 85% à 90% de la production d'électricité, en abaissant cette part à 65%. Le nucléaire, lui, restera cantonné à 4%. Les projets solaires et éoliens, financés en grande partie par le secteur privé, devraient donc se multiplier dans le pays. Selon les autorités, une trentaine de contrats auraient été signés ou sont en cours de négociations. Au total, 3,5 milliards d’euros vont être investis pour une production supplémentaire estimée à 2300 MW.

Mais, selon des spécialistes, une baisse importante du charbon dans le mix énergétique sud-africain ne pourra se faire avec les seules énergies renouvelables. Pour diversifier ses sources d'énergie, l'Afrique du Sud pourrait accroître la part du gaz. Il se trouve que deux pays voisins, la Tanzanie et le Mozambique, disposent d'importants gisements.