L’Egypte autorise désormais les touristes à prendre des photos dans les espaces publics

Mais à certaines conditions.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des touristes font la pose devant les pyramides de Menkaure, Chephren et Kheops à Gizeh, au Caire.  (MATTES RENE / HEMIS.FR / HEMIS.FR)

Plus besoin de demander un permis pour photographier votre amie à dos de chameau devant les pyramides. Prendre des photos sera désormais possible "dans l'ensemble des espaces publics en Egypte, gratuitement et sans autorisation préalable", indique un communiqué officiel du ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités. Cette nouvelle mesure vise à revigorer l'industrie touristique, un secteur essentiel pour le pays des pharaons.


Ces derniers mois, de nombreuses voix se sont elvées pour dénoncer les obstacles posés aux photographes amateurs par les autorités égyptiennes : interruption des séances dans la rue et sur les sites touristiques. Et parfois même confiscation de matériel.

Tout ne pourra pas être pas photographié

Ces nouvelles règles s'appliquent aux photographes désirant utiliser leurs images à titre personnel et à des fins non commerciales, précise le ministère du Tourisme qui souligne que tout ne pourra pas être photographié. Il est, par exemple, interdit de prendre en photo des enfants ou des ressortissants égyptiens sans leur consentement écrit. Mais, surtout, les clichés sensibles sont à éviter.

"Il est strictement interdit de prendre des photographies de scènes qui pourraient porter atteinte à l'image du pays"

Communiqué du ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités

Mais qu’est-ce qui porte atteinte à l’image du pays ? Aucune précision n'a été donnée à ce stade. Ce qui laisse la porte ouverte à des jugements arbitraires. L’assouplissement relatif de ces règles draconiennes intervient quelques mois après la publication, en avril dernier, de la vidéo d’un blogueur culinaire américain dénonçant les restrictions en Egypte. C'est "l’un des pires endroits pour les cinéastes", selon Sonny Sidecité par Egyptian Streets (lien en anglais). La vidéo, vue plus de six millions de fois a, sans doute, porté "atteinte à l’image du pays", selon la formule consacrée. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Egypte

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.