Hosni Moubarak, l'ancien président égyptien renversé par la révolution, a été libéré

Alaa Abdel Fattah et Ahmed Douma - deux des plus importants meneurs de la révolution - sont, quant à eux, toujours en prison.

Hosni Moubarak fait un signe depuis sa chambre à l\'hôpital militaire du Caire, le 6 octobre 2016.
Hosni Moubarak fait un signe depuis sa chambre à l'hôpital militaire du Caire, le 6 octobre 2016. (KHALED DESOUKI / AFP)

L'ex-président égyptien, Hosni Moubarak, renversé par les manifestants du Printemps arabe, a été libéré. Il a quitté l'hôpital militaire du Caire dans lequel il a passé l'essentiel de ses six années de détention, a indiqué son avocat Farid al-Deeb, vendredi 24 mars.

Acquitté pour la répression des manifestations

La justice égyptienne avait décidé, au début du mois, de libérer l'homme de 88 ans, après son jugement en cassation pour la mort de centaines de manifestants en 2011, pendant la répression de la révolte qui avait provoqué sa chute. Condamné à la prison à vie en 2012, il avait été blanchi en 2014. Ce dernier jugement vient confirmer cet acquittement.

La justice a toutefois ordonné la réouverture d'une enquête pour corruption contre l'ex-président. Elle porte sur des accusations selon lesquelles lui, sa femme, leurs deux fils et leurs belles-filles, ont reçu des cadeaux du quotidien gouvernemental Al-Ahram d'une valeur d'environ un million de dollars.

L'héritage de la révolution liquidé

Six ans après la révolution, les détracteurs de l'actuel président égyptien et ex-chef de l'armée, Abdel Fattah al-Sissi, l'accusent d'avoir refermé la parenthèse démocratique ouverte avec le soulèvement de 2011. Habib al-Adly, l'ex-ministre de l'Intérieur de Hosni Moubarak devenu le symbole de la torture et les abus du régime, a aussi été acquitté. A l'inverse, Alaa Abdel Fattah et Ahmed Douma - deux des plus importants meneurs de la révolution - sont toujours en prison.