Égypte : un cimetière de l'Ancien Empire mis au jour à Guizeh

Plusieurs tombes en bois colorées et des statues de calcaires ont été dévoilées dans ce site du sud-est du plateau de Guizeh, près du Caire, a annoncé samedi le ministère des Antiquités égyptiennes.

Sarcophages à l\'intérieur de la tombe découverte sur le plateau de Guizeh (4 mai 2019)
Sarcophages à l'intérieur de la tombe découverte sur le plateau de Guizeh (4 mai 2019) (MAHMOUD KHALED / AFP)

La plus ancienne tombe est une sépulture familiale en calcaire datant de la Ve dynastie (environ 2.500 av J.-C.), ont indiqué les autorités. Un photographe de l'AFP a constaté la présence dans la fosse funéraire d'inscriptions sur les murs, de sarcophages en bois peints et de sculptures d'animaux et d'humains.

Cette tombe est celle de deux personnes selon le ministère : Behnui-Ka, qui possédait sept titres dont celui de prêtre et juge et Nwi, chef du grand État et "purificateur" du pharaon Khafrê. Khafrê, plus connu sous le nom hellénique de Khéfren, a construit la deuxième des célèbres pyramides de Guizeh.

"De nombreux objets archéologiques ont été découverts dans cette tombe", dont des statues de calcaire de l'un des deux propriétaires de la sépulture, de sa femme et de son fils, a précisé le ministère des Antiquités.

Sarcophage en bois coloré à l\'intérieur de la tombe mise au jour sur le plateau de Guizeh (4 mai 2019)
Sarcophage en bois coloré à l'intérieur de la tombe mise au jour sur le plateau de Guizeh (4 mai 2019) (HASSAN MOHAMED / DPA / AFP)

Un cimetière réutilisé environ 2000 ans plus tard

Selon Achraf Mohi, directeur général du plateau de Guizeh, ce cimetière a été réutilisé durant la Basse époque (entre 700 et 300 ans av. J.-C.). Le ministère a également présenté des cercueils en bois portant des inscriptions en hiéroglyphes datant de la Basse époque.

Ces dernières années, les autorités ont considérablement renforcé leur communication autour des découvertes archéologiques mais l'Egypte a souvent été accusée de négligence et d'un manque de rigueur scientifique.

Les sites archéologiques constituent pour le pays un argument majeur face à la concurrence d'autres destinations touristiques.

L'instabilité politique et les attentats ont porté un coup dur au tourisme dans le pays depuis la révolution de 2011. Le secteur a toutefois connu une relative amélioration ces dernières années.