Cet article date de plus de six ans.

Egypte : les terroristes attaquent des touristes

Pour la première fois depuis le renversement de Morsi, des touristes ont directement été attaqués en Egypte. Un bus a explosé provoquant la mort de quatre personnes dont trois pèlerins coréens. L'attentat a eu lieu près du poste frontalier de Taba. Cela démontre une nouvelle fois que le Sinaï est devenu une base arrière pour les terroristes.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le bus a explosé le 16 février 2014 près du poste frontière de Taba (AFP)
Treize morts et quinze blessés, tel est le dernier bilan de l'attentat du 16 février 2014. L'autocar transportait 31 membres d'une église chrétienne coréenne en pèlerinage. C'est la première fois depuis le 3 juillet 2013 et le renversement du président Morsi que des touristes sont directement visés.
Jusqu'à présent, les attentats ont été pour la plupart revendiqués par Ansar Beit al-Maqdess, un groupe jihadiste basé dans le désert du Sinaï. Ils visaient systématiquement les forces armées ou policières.
Il est trop tôt pour trouver un responsable de cet attentat pas encore revendiqué. En revanche, celà prouve une nouvelle fois que le désert abrite le terrorisme.
En novembre 2013, nous faisions le point sur cette menace terroriste dont le désert du Sinaï est le refuge (notre article: Le Sinaï base arrière du terrorisme.)

Le tourisme en ligne de mire
Taba est situé au fond du golfe d'Aqaba, le bras de droite que forme la mer Rouge au nord. C'est un poste frontalier avec l'extrémité sud d'Israël.
Bien sûr ce n'est pas la communauté coréenne en tant que telle qui était visée. Il s'agit clairement de faire fuir les touristes.

Une économie en ruine, où seules les stations balnéaires du Sinaï surnagent comme nous le soulignions dans cet article (l'Egypte boudée par les touristes)
Nous évoquions également la paupérisation des égyptiens travaillant dans le domaine touristique dans cet autre article.(à lire ici)


Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.