Egypte : l'état d'urgence déclaré après les deux attentats qui ont fait 44 morts dans des églises coptes

La mesure, annoncée pour trois mois, doit encore être approuvée par le Parlement.

Le cercueil d\'une victime d\'un attentat est porté à l\'intérieur de l\'église copte Mar Girgis à Tanta (Egypte), le 9 avril 2017.
Le cercueil d'une victime d'un attentat est porté à l'intérieur de l'église copte Mar Girgis à Tanta (Egypte), le 9 avril 2017. (MOHAMED ABD EL GHANY / REUTERS)

Le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi a déclaré l'état d'urgence, dimanche 9 avril, après les deux attentats du groupe Etat islamique qui ont fait au moins 44 morts dans des églises coptes de Tanta et Alexandrie. La mesure, annoncée pour trois mois, vise à "protéger" et "préserver" l'Egypte. Elle doit toutefois encore être approuvée par le Parlement. Assurant que le combat contre les jihadistes "sera long et douloureux", Abdel Fattah Al-Sissi a également demandé à l'armée de déployer des forces pour aider la police à protéger les "infrastructures vitales" du pays.

Une première attaque a eu lieu dimanche matin dans l'église Saint-Georges de Tanta, faisant 27 morts et 78 blessés. Le deuxième attentat a frappé en début d'après-midi l'église Saint-Marc d'Alexandrie, où se trouvait le pape copte orthodoxe Tawadros II à l'occasion de la fête des Rameaux. Le kamikaze a fait 17 morts et 48 blessés, selon le ministère de la Santé.

Des attaques trois semaines avant la visite du pape

Ce double attentat contre des églises coptes est survenu trois semaines avant la visite du pape François, prévue les 28 et 29 avril. "J'exprime mes profondes condoléances à mon cher frère, sa sainteté le pape Tawadros II, à l'Eglise copte et à toute la chère nation égyptienne", a réagi le souverain pontife.

La minorité copte orthodoxe, qui représente 10% des 92 millions d'Egyptiens, avait déjà été visée par le groupe Etat islamique en décembre. Un attentat suicide avait fait 29 morts à l'église Saint-Pierre et Saint-Paul du Caire. Dans une vidéo, l'organisation terroriste avait alors menacé la communauté copte d'autres attaques.