Cet article date de plus de cinq ans.

Egypte : 22 dirigeants des Frères musulmans condamnés à mort

Parmi eux, leur Guide suprême, Mohamed Badie. La confrérie est classée comme organisation terroriste depuis 2013 par les autorités égyptiennes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Guide suprême des Frères musulmans, Mohamed Badie (C), entouré d'autres dirigeants de la confrérie, dans une prison du Caire (Egypte), le 15 septembre 2014. (AHMED RAMADAN / ANADOLU AGENCY / AFP)

Un tribunal égyptien a condamné à mort, lundi 16 mars, 22 dirigeants des Frères musulmans, dont leur Guide suprême, Mohamed Badie, selon des médias officiels et des avocats. Ils étaient accusés par un tribunal pénal de "planification de recours à la force contre l'Etat". La confrérie est classée comme organisation terroriste depuis 2013 par les autorités de l'Egypte.

Le tribunal de Gizeh a décidé de soumettre pour avis ce jugement au grand mufti d'Egypte, comme l'exige la loi. L'avis de cette autorité religieuse est sollicité à chaque fois qu'une peine de mort est prononcée, mais il n'est pas contraignant pour la justice.

Procès et arrestations de masse

Depuis que l'ex-chef de l'armée et actuel président Abdel Fattah al-Sissi a évincé le président islamiste Mohamed Morsi le 3 juillet 2013, les autorités ont lancé une sanglante répression contre ses partisans. Au moins 1 400 personnes sont mortes.

Le pouvoir est accusé d'instrumentaliser la justice dans sa répression. Des centaines de partisans de Mohamed Morsi ont été condamnés à mort dans des procès de masse expédiés en quelques minutes, tandis que 15 000 autres ont été arrêtés. Et pour la première fois, l'Egypte a pendu, le 7 mars, un partisan du président islamiste destitué, reconnu coupable de violences à Alexandrie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.