British Airways suspend ses vols vers Le Caire, Londres parle de "terrorisme"

La compagnie aérienne britannique justifie sa décision pour des raisons de sécurité, "à titre de précaution pour permettre une évaluation plus approfondie". Le Foreign Office estime, lui, que des terroristes sont "susceptibles d'essayer de commettre des attentats".

Un avion de la compagnie aérienne British Airways le 3 juin 2019 à l\'aéroport d\'Islamabad (Pakistan).
Un avion de la compagnie aérienne British Airways le 3 juin 2019 à l'aéroport d'Islamabad (Pakistan). (AAMIR QURESHI / AFP)

Pas de vols vers Le Caire pendant sept jours. La compagnie aérienne British Airways a annoncé, samedi 20 juillet, la suspension de ses vols vers la capitale égyptienne pendant une semaine pour des raisons de sécurité. La compagnie British Airways affirme que les vols ont été stoppés "à titre de précaution pour permettre une évaluation plus approfondie", sans préciser la nature des difficultés rencontrées. Le Royaume-Uni déconseille tout trajet en avion, sauf les voyages essentiels, à destination ou en provenance de la station balnéaire de Charm el-Cheikh, dans la péninsule du Sinaï.

Le ministère de l'Aviation civile égyptien a annoncé être en "coordination" avec l'ambassade du Royaume-Uni et le représentant de British Airways au Caire. Le ministère a également précisé avoir "augmenté la capacité d'accueil de passagers des vols EgyptAir en direction de Londres" et prévu un "vol supplémentaire à partir de [dimanche] en direction de l'aéroport [londonien] de Heathrow".

Un "risque accru de terrorisme contre l'aviation"

Sur sa page de conseils aux voyageurs se rendant en Egypte, le ministère des Affaires étrangères britannique en dit plus et évoque un "risque accru de terrorisme contre l'aviation". "Des mesures de sécurité supplémentaires sont en place pour les vols au départ de l'Égypte à destination du Royaume-Uni", ajoute le Foreign Office (FCO).

Des "terroristes sont fortement susceptibles d'essayer de commettre des attentats en Egypte. Bien que la plupart des attaques se produisent dans le nord du Sinaï, il existe un risque d'attaques terroristes dans tout le pays", souligne le FCO. "Les terroristes en Egypte ont probablement l'intention et la capacité de cibler l'aviation", poursuit-il. "La plus grande menace se trouve dans la péninsule du Sinaï où Daech opère avec plus de liberté, mais les terroristes sont actifs en Egypte continentale, y compris au Caire", ajoute-t-il.

Certains passagers touchés par ces suspensions ont publié sur les réseaux sociaux des photos montrant une lettre, semblant avoir été rédigée par British Airways, avec un message similaire.

Lufthansa suspend aussi ses vols pour un jour

La compagnie allemande Lufthansa a également suspendu ses vols pour le Caire au départ de Munich et Francfort-sur-le-Main, mais uniquement pour la journée de samedi, sans donner de raison. "Cela reprendra normalement demain", soit dimanche, selon un porte-parole.

"Il y a probablement un indice quelque part : on ne prendrait pas une décision pareille s'il ne fallait pas vérifier. Il est vrai qu'en Egypte, il y a du danger", estime Gérard Feldzer, ancien commandant de bord d'Air France, ex-directeur du Musée de l'Air et consultant aéronautique de franceinfo. "On peut regretter qu'il n'y ait pas de coopération internationale à ce niveau-là", a-t-il ajouté.

"L'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI) donne des recommandations et chaque pays décide de les suivre ou pas. Apparemment là il n'y avait pas de recommandation de l'OACI, c'est une décision purement britannique d'arrêter ses vols pendant sept jours", explique Gérard Feldzer qui s'interroge sur la provenance des renseignements britanniques : "On attend que les Anglais [les] partagent avec d'autres. Je pense qu'ils doivent le faire, je vois mal le gouvernement français prendre le moindre risque si c'était étayé".