Cet article date de plus de neuf ans.

11 février 2011. Le président égyptien Hosni Moubarak annonce sa démission

Après 30 ans de pouvoir sans partage, Hosni Moubarak démissionne sous la pression d’une révolte populaire violente, parfois meurtrière.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le 11 février 2011, les manifestants égyptiens fêtent la démission d'Hosni Moubarak sur la Place Tahir du Caire. (AFP / MARCO LONGARI)
Dans un dernier discours qu’il prononce le 10 février, le président égyptien, annonce qu’il conservera son poste jusqu’à ce que des élections libres soient organisées. A la suite de ce discours, les manifestants menacent de prendre le contrôle des bâtiments officiels et de marcher sur le palais de la présidence de la République. Sous la pression des militaires, le vice-président Omar Souleiman force alors Hosni Moubarak à démissionner.

Retour sur ces deux semaines qui ont fait basculer le pays …

Le 11 février 2011, Hosni Moubarak quitte la capitale égyptienne pour s'installer à Charm el-Cheikh. Quelques heures plus tard, le vice-président Omar Souleiman annonce que Moubarak démissionne de ses fonctions de président de la République, ce qui provoque des scènes de liesse au Caire et dans toute l'Égypte.
Le 13 janvier 2013, la justice égyptienne a ordonné un nouveau procès pour le président déchu, qui avait été condamné à la prison à vie pour les 850 morts provoqués par la répression sanglante de la révolte de 2011.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Egypte

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.