Sahel : mobilisation financière pour tenter de répondre aux risques de famine

1,8 milliard d'euros vont être débloqués pour aider les pays d'Afrique de l'Ouest, affirme la FAO. Depuis le 24 février 2022, des milliers de tonnes de céréales sont bloquées en Ukraine, grand pays exportateur de blé.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le port commercial de Marioupol, en Ukraine, principale voie d'exportation du blé ukrainien, le 14 août 2018. La ville est aujourd'hui bombardée et assiégée par l'armée russe. (ALEKSEY FILIPPOV / AFP)

Mobilisation internationale contre la hausse des prix des denrées alimentaires. Une somme d'environ 1,80 milliard d'euros va être réunie pour aider les pays du Sahel et d'Afrique de l'Ouest à lutter contre l'aggravation de la famine, a indiqué le 7 avril l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO). L'Union européenne a promis 67 millions d'euros supplémentaires, portant son engagement à 240 millions d'euros pour 2022, a précisé la FAO. La France apportera de son côté 166 millions d'euros cette année.

Guerre et faim

Les sécheresses extrêmes, l'épidémie de Covid-19 et maintenant la guerre en Ukraine sont "autant de facteurs qui exacerbent" les risques de famine au Sahel et en Afrique de l'Ouest, ont alerté les spécialistes réunis à Paris à l'initiative de l'Union européenne et du Club du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest.

Alors que la Russie et l'Ukraine sont respectivement premier et cinquième exportateurs mondiaux de blé, la FAO a annoncé que les prix mondiaux des denrées alimentaires ont atteint en mars leurs plus hauts niveaux jamais enregistrés.

"La guerre de Poutine contre l'Ukraine est aussi une guerre contre la sécurité alimentaire mondiale. (...) Les régions du Sahel risquent d'être les premières à en faire les frais"

Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères

à l'AFP

Des bombes dans les champs de blé 

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a également accusé la Russie de "provoquer la faim dans le monde" avec la guerre en Ukraine, en détruisant les stocks de blé et en empêchant de l'exporter, notamment en Afrique. "La Russie sème des bombes dans les champs en Ukraine, les navires de guerre russes bloquent des dizaines de bateaux chargés de blé", a poursuivi M. Borrell avant d'ajouter : "Ils provoquent la pénurie. Ils bombardent des villes ukrainiennes et provoquent la faim dans le monde."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Economie africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.