Prix du gaz, allocations familiales, prothèses dentaires… Tout ce qui change au 1er avril

Ce mois d'avril réserve quelques bonnes nouvelles pour le porte-monnaie des Français. Franceinfo vous les détaille.

Un garage automobile à Saint-Jean-de-Védas (Hérault), le 17 janvier 2019.
Un garage automobile à Saint-Jean-de-Védas (Hérault), le 17 janvier 2019. (MAXPPP)

Nouveau mois, donc nouvelles règles. Plusieurs changements interviennent, lundi 1er avril, dans le quotidien des Français. Les tarifs réglementés du gaz baissent et certaines prestations familiales augmentent. Point par point, franceinfo vous détaille ces nouveautés.

Des prestations sociales revalorisées (mais bien en dessous de l'inflation)

Les allocations familiales et d'autres. A compter du 1er avril, les pensions de retraite de base, les prestations d'invalidité et les rentes d'accident du travail vont être revalorisées de 0,3%. Toutes les prestations famiales sont également concernées : allocations familiales, complément familial des familles nombreuses, allocation de soutien familial des parents isolés, prestation d'accueil du jeune enfant (Paje), allocation d'éducation de l'enfant handicapé (AEEH), allocation de rentrée scolaire. Cette revalorisation est bien inférieure à celle de l'an passé (+1%). Elle est aussi bien en deçà de l'inflation constatée l'an dernier (1,8%). Le gouvernement vise à économiser 400 millions d'euros cette année.

Le revenu de solidarité active. Le montant forfaitaire du RSA passe à 559,74 euros par mois pour une personne seule. Il était jusque-là de 550,93 euros actuellement.

Le plafond de la CMU complémentaire est relevé

Le plafond de ressources pour l'attribution de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) passe de 8 810 euros par an à 8 951 euros pour une personne seule. Ce dispositif donne droit à la prise en charge du ticket modérateur, des participations forfaitaires, du forfait journalier en cas d'hospitalisation, des dépassements de tarifs dans la limite de plafonds pour les lunettes, les prothèses dentaires et auditives et certains dispositifs médicaux (canne, déambulateur...). 

En outre, le renouvellement de la CMU-C devient automatique pour les allocataires du RSA, dans un souci de simplification et d'amélioration de l'accès aux soins. Environ 670 000 foyers (bénéficiaires et ayants droit) sont concernés par cette mesure, selon l'Assurance maladie.

Les tarifs du gaz baissent

Les tarifs réglementés de vente du gaz diminuent lundi 1er avril. Dans le détail, la baisse est de -0,7% pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson, de -1,3% pour ceux qui ont un double usage cuisson et eau chaude, de -2,2% pour les foyers qui se chauffent au gaz, et de -2,5% pour les foyers équipés de petites chaufferies, selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE). En début d'année, le gouvernement avait demandé à Engie de ne pas augmenter les tarifs au moins jusqu'au mois de juin 2019.

Des dépenses de santé sont mieux remboursées

Le prix de certaines prothèses dentaires est plafonné. La facture du dentiste ne pourra plus dépasser 480 euros pour une couronne en zircone sur une dent "visible" (incisive, canine ou prémolaire). Par ailleurs, un bridge céramo-métallique sur une incisive coûtera au maximum 1 465 euros. D'autres limitations de prix compléteront cette liste début 2020, puis début 2021, dans le cadre de la réforme "100% santé". Ce dernier prévoit aussi un remboursement intégral de certaines prothèses par l'Assurance maladie et les complémentaires santé. En contrepartie, les tarifs de certains actes de soins vont augmenter. Cette année, ce sera notamment le cas des extractions de dents de lait et des restaurations de dents "visibles".

Certaines perruques à destination des patients atteints d'un cancer seront mieux, voire intégralement remboursées. Jusque-là, les patients pouvaient bénéficier d'un forfait de 125 euros. Désormais, les prothèses capillaires dites de classe 1 (celles en fibres synthétiques) verront leurs prix plafonnés à 350 euros et seront remboursées du même montant. Les prothèses de classe 2 (au moins 30% de cheveux naturels) seront, elles, plafonnées à 700 euros, et remboursées à hauteur de 250 euros. En revanche, au-dessus de 700 euros, aucun remboursement n'est prévu.

Les garagistes seront plus transparents sur les pièces détachées d'occasion

A partir de lundi, les garagistes devront informer les automobilistes sur la possibilité de faire remplacer les éléments défectueux de leur véhicule par des pièces détachées d'occasion à la place de pièces neuves. A la clé, de 30 à 50% d'économie sur la facture. Une fois bien renseignés, les clients seront libres d'accepter ou de refuser ces accessoires de seconde main. Ils devront notamment avoir connaissance du prix et de l'origine des pièces avant de faire leur choix.

La trêve hivernale prend fin

Lundi, les procédures d'expulsion de logement pour loyer impayé pourront reprendre, tout comme les coupures d'électricité et de gaz. Débutée le 1er novembre, la trêve hivernale prend en effet fin le 31 mars. Selon la Fondation Abbé Pierre, 15 550 ont été expulsés avec le concours de la force publique en 2017. De son côté, le médiateur national de l'énergie estime que les coupures d'électricité pour impayés ont augmenté de 4,2% en France en 2018 par rapport à 2017. Ce qui représente 572 440 coupures ou limitations de puissance en un an. 

Des nouveaux acteurs pour la formation professionnelle entrent en piste

Leur nom : les "opérateurs de compétences". Plus communément appelés Opco, ces agents qui seront gérés par les partenaires sociaux auront pour missions de financer l'apprentissage, d'aider les branches à construire les certifications professionnelles et d'accompagner les PME pour définir leurs besoins en formation.