Nigeria : une explosion fait au moins 110 morts dans une région dévastée par l'exploitation illégale de pétrole

Le gouvernement nigérian a déployé l'armée pour détruire les raffineries clandestines dans le sud du pays et tenter de mettre fin au pillage des ressources pétrolières.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Raffinerie clandestine détruite par des membres de l'armée nigériane le 19 avril 2017. C'est un site similaire qui a explosé accidentellement le 22 avril 2022 dans le sud du Nigeria. (STEFAN HEUNIS / AFP)

Une explosion sur un site de trafic de pétrole a fait au moins 110 morts dans le sud du Nigeria, région déjà dévastée par des décennies d'exploitation illégale d'hydrocarbures.


L'explosion, qui s’est produite dans la soirée du 22 avril 2022, a touché deux zones de stockage de carburant où travaillaient clandestinement plus de 100 personnes, ont déclaré des responsables de l'État d'Imo. Deux personnes, dont le propriétaire de "la raffinerie illégale", sont recherchées.

Branchements sauvages sur les oléoducs

Les habitants des communautés locales siphonnent également le brut des pipelines appartenant aux grandes compagnies pétrolières qu'ils raffinent ensuite sur des sites illégaux et revendent au marché noir. De tels drames humains se produisent régulièrement dans le pays le plus peuplé d'Afrique où le vol de pétrole et le branchement sauvage sur les oléoducs sont des activités criminelles devenues banales. La pire explosion de pipeline au Nigeria s'est produite en octobre 1998 dans la localité de Jesse, dans le sud du pays, faisant plus de 1000 morts parmi les habitants.

Les autorités et l'armée ont décidé d’intensifier leurs actions "pour minimiser les criminalités le long des lignes de production pétrolière", a déclaré Horatius Egua, un haut responsable du ministère du Pétrole. Pas moins de 30 raffineries illégales de pétrole ont déjà été démantelées dans la région du delta du Niger ces dernières semaines, selon le ministère nigérian de la Défense.

200 000 barils de brut perdus chaque jour

Premier producteur de pétrole africain, le Nigeria exporte en moyenne deux millions de barils de brut par jour, ce qui représente 90% des revenus d'exportation du pays.
Mais dans la région du delta du Niger, des groupes armées font régulièrement sauter des oléoducs et enlèvent des travailleurs de compagnies pétrolières. Ce qui entraîne des pertes très importantes. Selon des sources officielles, le pays perd chaque jour environ 200 000 barils de brut à cause du vandalisme et du vol de pétrole.


Malgré l'immense richesse en hydrocarbures du pays, la plupart des habitants vivent dans une grande pauvreté et accusent régulièrement les grandes compagnies pétrolières d'avoir elles aussi contribué à la pollution de leur région sans participer à son développement. Des décennies de marées noires ont dévasté des mangroves et des villages entiers, où la pêche et l'agriculture constituaient autrefois la principale source de revenus locale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Economie africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.