Maroc : "La pire sécheresse depuis 30 ans"

Le Royaume enregistre un sévère déficit pluviométrique : les précipitations ne représentent que 13% de la moyenne enregistrée en cette période. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Vue du barrage d'Abdelmoumen, à quelque 60 kilomètres de la ville côtière marocaine d'Agadir, le 23 octobre 2020. (FADEL SENNA / AFP)

La sécheresse observée cette année au Maroc est exceptionnelle par "son intensité, son ampleur et sa durée", rapporte Atlas Info qui cite le président de l'Observatoire national d’études et recherches sur les risques (ONERR), Mohamed Mastere. Le pays connaît sa pire sécheresse depuis trente ans, les précipitations ne représentent que 13% de la moyenne enregistrée en cette période. Le niveau du taux de remplissage des barrages n'a jamais été aussi bas. "La sécheresse n'a épargné ni les palmeraies des zones présahariennes, ni les steppes de l'Oriental, ni même les plaines privilégiées par une bonne pluviométrie en temps normal", constate Medias24

Population impactée

La sécheresse porte préjudice à l'économie du pays. "La sécheresse impacte considérablement la population marocaine de manière globale, du fait que 80% des ruraux en subissent les effets en termes de moyens de subsistance tributaires de l’activité agricole, qui représente non moins de 15% du PIB et emploie 40% de la population active", déplore Mohamed Mastere. Quelque 3,8 milliards de dirhams (plus de 400 millions de dollars) sont nécessaires pour les seules subventions à la farine en 2022, selon un responsable du ministère de l'Economie. Malgré une embellie pour les récoltes en 2021, une sécheresse alarmante affecte considérablement l'agriculture en ce début d'année. Ce stress hydrique affecte toute l'économie rurale.

Programme d'aide 

Le Maroc a un programme d'aide au secteur agricole de près d'un milliard d'euros pour faire face à cette sécheresse exceptionnelle. Ce plan d'urgence "vise à atténuer les effets du retard des précipitations, à alléger l'impact sur l'activité agricole et à fournir l'aide aux agriculteurs et aux éleveurs concernés", souligne le Palais dans un communiqué. Objectif : protéger le capital animal et végétal et gérer la pénurie d'eau, ainsi que financer des opérations d'approvisionnement du marché en blé et en fourrage et alléger les agriculteurs de leurs charges financières. La Mutuelle agricole marocaine d'assurances (MAMDA) a annoncé la mise en œuvre d'un dispositif spécifique pour accompagner et soutenir les agriculteurs face à la sécheresse de la campagne agricole 2021-2022. La première mesure concerne le report des échéances de paiement des primes d’assurance agricoles dues au titre de 2021, rapporte l'agence MAP

La sécheresse devrait augmenter progressivement dans ce pays jusqu'en 2050 sous l'effet d'une baisse de la pluviométrie (-11%) et d'une augmentation des températures (+1,3°C), selon le ministère de l'Agriculture. Elle entraînera une "diminution de la disponibilité en eau d'irrigation de plus de 25%", a prédit un rapport du ministère.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Economie africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.