LA PHOTO. Burkina Faso: le pays des Hommes intègres est aussi celui des fraises

La fraise est considérée comme une «spécialité» burkinabè. Le Burkina Faso est le seul pays d'Afrique de l'Ouest à en produire et en exporter dans la sous-région. La production est disponible en abondance sur le marché entre janvier et avril.

Vendue sur les marchés ou dans la rue, la production de fraises a démarré dans les années 70 au Burkina Faso. C\'est un expatrié français qui aurait rapporté des plants pour son jardin. La diffusion de la culture s’est faite grâce à son jardinier qui  en a fait pousser chez lui. Aujourd\'hui, la production est concentrée sur les sites maraîchers de Boulmiougou et de Bika, dans la banlieue de Ouagadougou, la capitale, et dans les quartiers de Kodeni et de Kounima à Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du pays. La selva et des variétés inconnues dominent une production, difficile à estimer, mais qui se chiffre en dizaine de tonnes. Les fraises s\'écoulent sur un marché local, désormais saturé, et s\'exportent de plus en plus.
Vendue sur les marchés ou dans la rue, la production de fraises a démarré dans les années 70 au Burkina Faso. C'est un expatrié français qui aurait rapporté des plants pour son jardin. La diffusion de la culture s’est faite grâce à son jardinier qui  en a fait pousser chez lui. Aujourd'hui, la production est concentrée sur les sites maraîchers de Boulmiougou et de Bika, dans la banlieue de Ouagadougou, la capitale, et dans les quartiers de Kodeni et de Kounima à Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du pays. La selva et des variétés inconnues dominent une production, difficile à estimer, mais qui se chiffre en dizaine de tonnes. Les fraises s'écoulent sur un marché local, désormais saturé, et s'exportent de plus en plus. (ISSOUF SANOGO / AFP)
Les fraises burkinabè sont réputées délicieuses. Vendue sur les marchés ou dans la rue, la production de fraises a démarré dans les années 70 au Burkina Faso. C'est un expatrié français qui aurait rapporté des plants pour son jardin. La diffusion de la culture s’est faite grâce à son jardinier qui  en a fait pousser chez lui. Aujourd'hui, la production est concentrée sur les sites maraîchers de Boulmiougou et de Bika, dans la banlieue de Ouagadougou, la capitale, et dans les quartiers de Kodeni et de Kounima à Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du pays. La selva et des variétés inconnues dominent une production, difficile à estimer, mais qui se chiffre en dizaine de tonnes. Les fraises s'écoulent sur un marché local, désormais saturé, et s'exportent de plus en plus.