Internet et information : les jeunes Africains sont des utilisateurs avertis

Moins de la moitié des 18-24 ans font confiance à WhatsApp et Facebook quand il s'agit d'information. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un homme sur son smartphone à Kigali, la capitale rwandaise, le 18 mai 2020. On y aperçoit un article du "New Times" sur l'arrestation de Félicien Kabuga, l'un des principaux génocidaires qui échappaient encore à la justice. (SIMON WOHLFAHRT / AFP)

Les jeunes Africains sont globalement bien connectés, férus d'information tout en étant conscients du danger des infox, selon les conclusions de la première grande étude réalisée sur la jeunesse du continent publiée en début d'année. L'African Youth Survey 2020, initiée par la Ichikowitz Family Foundation basée en Afrique du Sud, est le résultat d'entretiens menés auprès de 4 200 jeunes femmes et hommes (18-24 ans) rencontrés dans les principaux centres urbains de 14 pays d'Afrique subsaharienne (Afrique du Sud, Congo, Ethiopie, Gabon, Ghana, Kenya, Malawi, Mali, Nigeria, Rwanda, Sénégal, Togo, Zambie et Zimbabwe). 

La majorité de ces jeunes considère que l'accès à Internet et au Wifi est un droit fondamental et que leur connexion est satisfaisante, notamment en Afrique de l'Est (78%) et en Afrique de l'Ouest (62%). Près de 70% en moyenne disposent d'un accès propre à Internet. Dans l'ordre, les Sénégalais, les Kényans, les Maliens, les Nigérians et les Sud-Africains sont les mieux lôtis en la matière (80% et plus). "Nous avons été assez surpris par le fait que les jeunes indiquent qu'ils disposent d'une connexion privée dans ces proportions. C'était plus élevé que ce que nous aurions imaginé", explique à franceinfo Afrique Nico De Klerk, le directeur de la communication de la Ichikowitz Family Foundation. 

La plupart des jeunes interviewés (86%) possède un smartphone. Deux sur cinq y passent ainsi "plus de quatre heures par jour". Les jeunes Gabonais sont les plus accros à leur téléphone. En outre, le Sénégal et le Gabon sont les deux seuls pays où le mobile est le plus utilisé pour s'informer et où les réseaux sociaux sont la première source d'information. 

Les sources d'information locales plus fiables que les réseaux sociaux

Plus généralement, les réseaux sociaux sont le type d'application "le plus important" et le plus utilisé sur ces téléphones par leurs jeunes propriétaires. Ils servent notamment "à lire et à partager des informations" pour plus de 50% d'entre eux, alors même que la plupart ne font pas confiance à ces plateformes. Les contenus et de Facebook (53%) et de WhatsApp (50%) – les principales applications utilisées sur le continent, selon l'édition 2020 du rapport sur le digital dans le monde – ne sont globalement pas jugés dignes de confiance.  

Au moins la moitié des jeunes Africains disent ne pas faire confiance aux réseaux sociaux que sont Facebook et WhatsApp en matière d'information, selon l'African Youth Survey 2020. 

 ((AFRICAN YOUTH SURVEY 2020 - THE ICHIKOWITZ FAMILY FOUNDATION))

Près d'un quart des personnes interrogées estiment d'ailleurs que "le monde serait meilleur sans les réseaux sociaux". Comme partout, "les fausses nouvelles sont une préoccupation pour les jeunes Africains", indique l'African Youth Survey. Deux tiers de ceux rencontrés affirment que les infox "affectent leur capacité à rester informés". 

Les jeunes Africains sont conscients du fait que les fausses informations ont un impact sur leur quotidien

Nico De Klerk, directeur de la communication de la Ichikowitz Family Foundation

à franceinfo Afrique

En Afrique, les 18-24 ans semblent faire un usage assez pragmatique des réseaux sociaux qui sont devenus leur deuxième source d'information après la télévision et avant la radio. Plus de la moitié d'entre eux s'informent sur une base quotidienne. Globalement, les jeunes font plutôt confiance (à plus de 80%) aux sources d'information locales, qu'elles soient publiques ou privées. C'est au Rwanda (RTV), au Kenya (Citizen TV), au Ghana (TV3), en Afrique du Sud (SABC) et au Nigeria (Channels TV) que les scores les plus élevés ont été enregistrés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.