Au Maroc, la belle émancipation des femmes à la faveur d'un groupement agricole

C'est à la fois un programme d'agriculture raisonnée et une histoire d'émancipation de femmes agricultrices. Ou comment, pour préserver la nature menacée, on peut également faire progresser niveau et qualité de vie.

Des femmes berbères transportent des fagots de branches d\'olivier dans la montagne du Rif.
Des femmes berbères transportent des fagots de branches d'olivier dans la montagne du Rif. (CREATIVE TOUCH IMAGING LTD / NURPHOTO)

L’agroforesterie c’est quoi ? Il s’agit d’associer la culture d’arbres fruitiers comme l’olivier ou le figuier à celle de plantes annuelles et ou à de l’élevage. En fait, dans les régions sèches où le soleil tape fort, les plantes bénéficient ainsi de l’ombre des arbres. L’association plantes et arbres réduit également le ruissellement et donc l’érosion.

L’impact négatif de la monoculture intensive fait naître un regain d’intérêt pour cette technique agricole souvent décriée, car mal étudiée. Car dans un contexte de changement climatique, l’agroforesterie apporte des réponses positives en termes de biodiversité, d’intégration du bétail et même de captation du carbone. Un projet de recherche a même existé pour l’Europe dans le cadre de l’Union européenne, AGFORWARD de 2014 à 2017.

Cette technique agricole existe depuis des siècles dans la région du Rif, au Maroc, mais aussi en Algérie et en Tunisie. Une étude a été menée dans le Zerhoun, une zone montagneuse au nord de Meknès au Maroc.

En 2008, le royaume a lancé le Plan Maroc Vert pour répondre à la menace du manque d’eau. L’axe central était de convertir, à grande échelle, les cultures de céréales gourmandes en eau, en vergers à haute valeur ajoutée comme l’olivier. Mais il s’avère que le manque de moyens financiers ne permet pas aux fermiers de se lancer dans l’agroforesterie, même s’ils sont demandeurs.

"Les Femmes du Rif"

Dans ce contexte, l’ONG Mongabay rapporte l’histoire exemplaire de femmes agricultrices du Rif. Leur regroupement dans le groupe d’intérêt économique (GIE) Femmes du Rif dans la région de Chefchaouen, illustre les capacités de développement d’une agriculture durable. Les membres de Femmes du Rif cultivent des oliviers, figuiers, caroubiers. Et, en bonne pratique d'agroforesterie, diverses plantes annuelles semées alternativement comme les pois chiches, les fèves, le blé et des plantes fourragères.

Tout part, en 2001, d’un programme d’alphabétisation de femmes oléicultrices. Certaines se sont alors regroupées pour partager leur savoir et améliorer les rendements des cultures d’oliviers. En 2006 est créé le GIE, qui aujourd’hui réunit 10 coopératives et plus de 300 femmes. Toutes sont évidemment d’ardentes supportrices de l’agroforesterie.

Des olives en vente dans un village du Rif.
Des olives en vente dans un village du Rif. (CREATIVE TOUCH IMAGING LTD / NURPHOTO)

"Les oliviers sont cultivés sur les mêmes parcelles que les légumineuses annuelles, qui enrichissent le sol en azote. En outre, les figuiers, caroubiers et les légumineuses apportent un revenu supplémentaire aux paysans, qui peuvent vendre le surplus au souk" explique Anaïs Gentil la coordinatrice du programme pour l’ONG Purprojet.

Revenus en hausse

L’huile d’olive des Femmes du Rif a obtenu une indication géographique protégée (IGP). Conséquence, un meilleur prix de vente (plus 30% environ au litre). Selon la présidente de Femmes du Rif, Hanane Lachehab, chaque femme dégage ainsi un bénéfice annuel de 6000 euros. Ce pouvoir d’achat en hausse a permis à de nombreuses femmes, parfois veuves, de payer des études à leurs enfants. C’est le cas de Rabia, veuve. "J’ai pu envoyer ma fille à l’université, aujourd’hui elle est dentiste" explique-t-elle avec fierté.

Un terroir à défendre des aléas du réchauffement climatique avec ses pluies irrégulières et ses chaleurs extrêmes qui menacent les productions. Mais avec l'agroforesterie, les femmes possèdent l'arme pour se défendre.