Afro-Américains : une nouvelle vie en Afrique

Le Ghana fut l'un des principaux points de départ de la traite des esclaves. Aujourd'hui le pays appelle leurs descendants à revenir. 

France 2

Le Ghana était l'un des principaux points de départ des esclaves dans le cadre du commerce triangulaire. Le fort de Cape Coast est devenu en quelque sorte un lieu de pèlerinage. De plus en plus d'Américains viennent ici chaque année pour comprendre d'où ils viennent. "Je sais ce que cela veut dire maintenant d'être une Afro-américaine", confie une petite fille. Le Ghana a baptisé 2019 "l'année du retour", bien décidé à attirer le maximum d'Afro-Américains.

Jusqu'à 5 000 Afro-Américains installés au Ghana 

Candace et Steven William ont ainsi quitté Baltimore (États-Unis) il y a  deux ans et ont tout changé, jusqu'à leurs prénoms. Koffi Odoi, organisateur du marché d'artisanat est ravi de voir arriver des ressortissants américains "ils ont un savoir et les Africains en ont besoin pour se développer", témoigne-t-il. L'intégration n'est pourtant pas toujours simple. "En raison de notre couleur, plus claire, ou de notre accent, certains ici nous prennent pour des blancs, ils ne savent pas ce qu'est un Afro-Américain", précise Steven William. À cela s'ajoutent les lenteurs administratives et la difficulté à trouver un travail. Ils ont fait un test ADN pour confirmer leurs origines africaines et ont maintenant le projet de monter une association pour aider les Afro-Américains à s'installer définitivement au Ghana. Entre la quête de nouvelles opportunités et la recherche de leurs origines, de 3 000 à 5 000 Afro-Américians se sont déjà installés au Ghana depuis la fin des années 2000. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des afro-américains venus s\'installer au Ghana, dans un fort où a eu lieu la traite.
Des afro-américains venus s'installer au Ghana, dans un fort où a eu lieu la traite. (France 2)