Afrique du Sud : le chômage atteint le niveau record de 29%

Le nombre de sans-emploi atteint désormais 6,7 millions de personnes sur une population globale de 58,1 millions de Sud-Africains. Sans compter ceux qui, découragés, ont abandonné la recherche d'un travail. 

Chômeurs à Masakhane (nord-est de l\'Afrique du Sud) le 5 février 2015.
Chômeurs à Masakhane (nord-est de l'Afrique du Sud) le 5 février 2015. (MARCO LONGARI / AFP)

"Le taux officiel du chômage est en hausse de 1,4% à 29%" au second trimestre 2019 par rapport au premier trimestre, a annoncé Stats SA. "Il s'agit du niveau le plus élevé enregistré depuis 2008", année où a été introduite la publication de données trimestrielles, précise le département de statistiques du pays. On compte ainsi 6,7 millions de chômeurs.

La situation est encore plus préoccupante si on y inclut le nombre des "demandeurs d'emploi découragés" ("discouraged"), qui ont abandonné toute recherche pour trouver un travail : ce nombre s'élève à 2,864 millions de personnes. Résultat : en tenant compte de ces "discouraged", le taux de chômage s’élève alors à quelque 41% ! 49 000 emplois ont été perdus au second trimestre, notamment parmi les "Private households", qu'on appelerait en français les "jobs" familiaux, mais aussi dans les transports (42 000), les mines (36 000), l'industrie (21 000). Parallèlement, "la population en âge de travailler a augmenté de 150 000 personnes", rapporte le communiqué de Stats SA.

Radioscopie des chômeurs

31,3% des femmes en âge d'avoir un travail (15-64 ans) en sont dépourvues, précise l'étude détaillée de Stats SA. Les hommes dans la même situation sont 27,1%. 

Fait notable : les Noirs sont les premiers touchés par le chômage, avec un taux de 32,7%. Chez les Blancs, ce taux s'élève à 7,4% (en baisse de 0,6%). Constatation qui s'impose : un quart de siècle après le démantèlement du régime raciste de l'apartheid, les énormes disparités sociales qui en sont issues demeurent. 
 
Dans le même temps, les sans-emploi sont peu qualifiés. Seulement 2,2% d'entre eux sont diplômés. 


Chômeur tirant des déchets recyclables qu\'il va s\'efforcer de vendre à Johannesburg, principale ville d\'Afrique du Sud, le 4 septembre 2018
Chômeur tirant des déchets recyclables qu'il va s'efforcer de vendre à Johannesburg, principale ville d'Afrique du Sud, le 4 septembre 2018 (THEMBA HADEBE/AP/SIPA / AP)

Autre caractéristique, les jeunes sont particulièrement touchés. 40,3% des 15-34 ans (qui représentent globalement une population de 20,4 millions de personnes) n'ont pas de travail. 

Politique ciblée sur le chômage des jeunes

Ces éléments accroissent la pression sur le gouvernement du président Cyril Ramaphosa. Lors des législatives de mai, celui-ci avait promis de relancer l'activité et de créer des emplois dans la première puissance économique du continent africain.

Dans son discours sur l'état de la nation, prononcé le 20 juin devant le Parlement, le chef de l'Etat (cité par Mail & Guardian) affirmait notamment que le chômage des jeunes est "une crise nationale qui demande des solutions urgentes, innovantes et coordonnées".  "Le gouvernement continuera de créer des emplois dans le cadre du Programme élargi de travaux publics, particulièrement dans des domaines tels que la maintenance, le nettoyage de la végétation, le colmatage des fuites d'eau et la construction de routes", poursuivait-il. 

L'économie sud-africaine traverse une mauvaise passe. Le Produit intérieur brut (PIB) sud-africain a reculé de 3,2% en rythme annuel au premier trimestre 2019, son plus fort recul sur trois mois enregistré ces dix dernières années, notamment en raison des rationnements d'électricité, mais aussi de la faiblesse des investissements et des dépenses des ménages.