Prise d'otages à Djibouti : 40 ans de traumatisme

En 1976, à Djibouti, 30 enfants français ont été retenus pendant plus de 32 heures par des terroristes avant d'être libérés par le GIGN. Le film "L'Intervention" relate cet événement.

FRANCE 2

Un matin de 1976, des enfants de militaires français se rendent à l'école à Djibouti, alors que le pays était une colonie française. Leur car est pris d'assaut sur le chemin par des terroristes indépendantistes. Quelques minutes plus tard, ils s'arrêtent à Loyada, entre les frontières françaises et somaliennes. Le monde va avoir les yeux braqués sur ce car scolaire, les 31 petits otages et leur chauffeur. 42 ans plus tard, la sortie du film L'Intervention replonge les anciens otages dans une tragédie oubliée par tout le monde, sauf par eux.

Une intervention inédite du GIGN

Leur angoisse va durer 32 heures pendant lesquelles militaires français et somaliens s'observent. Quelques heures après la prise d'otages, Paris a envoyé des tireurs d'élite du GIGN, dont le film raconte l'intervention et l'utilisation inédite d'un tir spécial. Cinq des terroristes sont tués sur le coup, mais un sixième n'avait pas été identifié tout de suite. Une fillette meurt et une autre succombe à ses blessures. Plusieurs enfants furent grièvement blessés. Des souffrances indélébiles.

En 1976, à Djibouti, 30 enfants français ont été retenus pendant plus de 32 heures par des terroristes avant d\'être libérés par le GIGN. Le film \"L\'Intervention\" relate cet événement.
En 1976, à Djibouti, 30 enfants français ont été retenus pendant plus de 32 heures par des terroristes avant d'être libérés par le GIGN. Le film "L'Intervention" relate cet événement. (FRANCE 2)