Djibouti se rêve en débouché maritime de l'Afrique de l'Est

Djibouti, un million d’habitants, voudrait devenir le port de toute l’Afrique de l’Est, profitant de sa situation stratégique. Les Chinois sont là, financent et construisent les infrastructures. De port militaire, Djibouti se veut désormais port de commerce.

Djibouti veut devenir le port de toute l\'Afrique de l\'Est.
Djibouti veut devenir le port de toute l'Afrique de l'Est. (AFP)

A l’ouest de la Corne de l’Afrique, au sud de la mer Rouge, l’ancienne colonie française est une base militaire importante pour la France, les Etats-Unis et aussi le Japon. Djibouti voit passer le long de ses côtes des centaines de navires chaque jour. D’un côté la route vers le canal de Suez et l’Europe, de l’autre l’océan indien et l’Asie.
 
Aussi, Djibouti se rêve d’un avenir économique. Sa situation géographique lui offre la possibilité d’être le débouché maritime de pays de l’est africain enclavés. Dix pays représentent 400 millions d’habitants (90 millions pour le seul voisin éthiopien).
 

En attendant, les Chinois sont déjà là, construisent et surtout financent. Un nouveau terminal pour les conteneurs est en cours de réalisation. Six terminaux spécialisés vont ainsi sortir de terre.

Terminal portuaire, voies ferrées, zones industrielles... en tout, ce n’est pas moins de quatorze projets d’infrastructure que la Chine entend financer. Une enveloppe estimée à 14,4 milliards de dollars, un peu moins de 13 milliards d’euros.