Une femme offerte en cadeau : la caméra cachée qui révulse les Algériens

Le programme a été arrêté dès le premier numéro après une indignation générale. Les téléspectateurs comme l'Autorité audiovisuelle n'ont pas ri. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran de l'émission "Mon mari et moi", déprogrammée après ce premier numéro. (Capture d'écran Youtube)

Le programme Mon mari et moi promettait de faire rire, il a plutôt suscité colère et indignation. Face au tollé et à l'avertissement de l'Autorité de l'audiovisuel, la chaîne privée Numidia l'a arrêté. La diffusion du premier numéro, le premier jour du ramadan, vendredi 24 avril, a provoqué un grand émoi en Algérie. "Le principe : une émission de télévision parodique qui proposerait rien de moins que d''offrir' une femme en 'cadeau' à un célibataire qui n’a rien demandé, et qui se retrouve malgré lui dans la peau d'un prétendant", explique El Watan. Et l'animateur de l'émission de préciser qu'il a d'autres "cadeaux" dans les coulisses, si le premier déplaît au célibataire. 

Précédents dérapages

Pendant le ramadan, le téléspectateur algérien a le choix entre les feuilletons, quand ils ne sont pas censurés, et les caméras cachées. Les chaînes de télévision rivalisent d’inventivité et multiplient les dérapages. En 2017, la caméra cachée n’avait pas fait rire l’écrivain Rachid Boudjedra, quand a dû faire face à une mise en scène macabre.  Communiste, athée, l’auteur de La répudiation s’était retrouvé embarqué dans un scénario d’une rare violence dans lequel il avait été sommé de renier son athéisme et de se déclarer musulman. 

En 2015, une chaîne de télévision avait simulé le kidnapping, par de faux terroristes, de Madjid Bougherra, l’ancien international algérien des Glasgow Rangers. Direction le désert pour la fausse exécution au milieu des cris et des pleurs. Au moment de la révélation du canular, le joueur n’avait pas franchement le cœur à rire. 

"Erreur isolée"

L'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV) a adressé, dimanche 26 avril, un avertissement à la chaîne Numidia TV. L'autorité audiovisuelle constate de "flagrantes infractions ayant entamé l'éthique professionnelle et attenté à l'ordre public, à la vie privée, à l'honneur et à la réputation des personnes loin de tout respect de la dignité humaine".

La chaîne de télévision a fait son mea culpa et retiré le programme de sa grille. Elle évoque "une erreur isolée", "une mauvaise appréciation" et a présenté ses excuses.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.