Cet article date de plus de quatre ans.

Côte d'Ivoire : un crash d'avion au large d'Abidjan fait quatre morts et six blessés, dont des Français

"L'appareil a raté son atterrissage et s'est écrasé dans l'eau", a précisé un commissaire sur place.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un avion s'est écrasé à Abidjan (Côte d'Ivoire), le 14 octobre 2017. (SIA KAMBOU / AFP)

Un avion s'est écrasé, samedi 14 octobre au matin, au large d'Abidjan (Côte d'Ivoire), selon des sources sécuritaires citées par l'AFP. "Dix personnes étaient à bord, des Moldaves et des Français", a indiqué le colonel Issa Sakho, des sapeurs pompiers. Quatre personnes de nationalité moldave sont mortes, deux autres sont blessées ainsi que quatre Français, d'après le colonel. 

L'appareil, un Antonov, était affrété par l'armée française dans le cadre de l'opération antiterroriste Barkhane au Sahel."L'appareil a raté son atterrissage et s'est écrasé dans l'eau, au large de Port-Bouët (une commune située à côté de l'aéroport). Les pompiers et les forces de sécurité sont sur place", a déclaré le commissaire Charlemagne Bleu. Sur Twitter, la télévision ivoirienne diffuse des photos. 

Parmi les quatre Français à bord, il y avait un civil et trois militaires, selon une source militaire française. "L'avion était en provenance de Ouagadougou et a chuté dans l'eau", a précisé le colonel des pompiers. "Il nous reste à consolider la carcasse pour ne pas qu'elle dérive, pour que les enquêteurs fassent leur travail"

Dans le cadre de Barkhane, une centaine de rotations d'avion ont lieu chaque année sur l'aéroport d'Abidjan. Il est fréquent que ces avions, souvent des Antonov, soient pilotés par des équipages de l'ancienne Union soviétique. Il est aussi fréquent que des militaires français et des employés français d'entreprises sous-traitantes s'occupent de la cargaison soient à bord, explique une source militaire française sous couvert de l'anonymat.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.